SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2012-11-10 00:00:00
    • TEMPÊTE DANS LES VOILES
    • Autour du sport
    • voir
    • Après l'apparition controversée et éclair de la judoka saoudienne Wojdan Shaherkani aux JO de Londres, le débat sur le port du voile islamique lors des compétitions sportives rebondit – mollement – alors que la FIFA vient de préciser les contours de la réglementation l'autorisant en compétition.
      Trois mois après les Jeux olympiques de Londres, un voile obscur enveloppe toujours le destin de Wojdan Shaherkani, judokate saoudienne de 16 ans qui a fait le 3 août dernier sur le tatami de l’Excel Center de Londres, une fugace apparition de 82 secondes. Le jour où Teddy Riner atteignait son Olympe personnel, Shaherkani devenait la première ressortissante saoudienne à représenter son pays aux Jeux olympiques. A peine l’espace d’une minute et demie donc, le temps que la Portoricaine Melissa Mojica ne projette la lycéenne au sol et la renvoie à ses études. Ensuite, tout aussi empruntée que son judo, Wojdan venait dire quelques mots aux médias internationaux pressés en rang serrés. Plantée à ses côtés, un dirigeant de la Fédération saoudienne de judo, elle récitait : « C'était la chance de ma vie de participer à ces Jeux et je crois que la Fédération saoudienne de judo est heureuse de ma présence à Londres. J'espère que ce sera le début d'une participation plus importante dans d'autres sports. J'espère aussi que c'est le début d'une nouvelle ère. »
      Fin provisoire de l'histoire commencée quelques semaines plus tôt lorsque le Comité international olympique, au nom de la clause d’universalité, avait réussi à obtenir après maintes négociations la présence de deux Saoudiennes – Sarah Attar, une demi-fondeuse née en Californie de père américain s’est alignée sur 800 mètres – à Londres. Condition posée par le Comité olympique saoudien et la famille : que la judoka se présente tête couverte. Un souhait retoqué par la Fédération internationale de judo pour des raisons de sécurité. Compromis finalement trouvé au dernier moment : Wojdan Shaherkani s’est présentée sur le tatami la tête couverte d'un bonnet de bain en guise de voile islamique.
      Tournée vers Rio ? Depuis, difficile de savoir ce qu’elle est devenue. Une journaliste en poste au Moyen-Orient raconte qu’elle s’est heurtée au mur du silence : « On sait juste, qu'elle s’entraîne officiellement pour Rio 2016. Mais la volonté de discrétion est très certainement liée au fait que le père de Wojdan, un arbitre de judo, a dû faire appel au service de protection des mineurs de son pays, en raison du nombre d'agressions contre sa fille qui ont pullulé sur Twitter et les réseaux sociaux. Souvent, elles sont liées aux origines iraniennes de Shaherkani. On lui reproche de ne pas représenter les femmes arabes. Enfin, les plus extrémistes craignent l'effet de contagion, que les femmes arabes n’exposent un jour leurs corps lors des grands rendez-vous sportifs internationaux. Shaherkani et Attar ont même été traitées de prostituées des JO. »
      Néanmoins, le débat de société s’est malgré tout timidement ouvert en Arabie Saoudite où, rappelle régulièrement l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch, les femmes n’ont pas le droit de pratiquer un sport. Pire, la pratique sportive est interdite aux jeunes filles dans les écoles gouvernementales. Cependant, notait récemment dans les colonnes d'Arabnews Alaa Alghamdi, professeur de littérature à Medina, « ouvrir une porte aux Jeux de Londres était le préalable nécessaire pour aller plus loin ».
      9,50 euros, le voile... sportif En attendant, c’est au pays du kilt qu’a ironiquement rebondi le débat sur le port du voile islamique dans les compétitions sportives internationales. Avec beaucoup moins de résonance que lors des JO. La FIFA a en effet entériné le 25 octobre dernier une modification de ses lois fondamentales du jeu discutées au début du même mois dans un hotel de Bishopton en Écosse au cours d’une reunion de l’International Football Association Board. En résumé, la nouvelle « loi 4 » concernant l’équipement des joueurs formalise les règles du port du voile et édicte qu’il doit être de la même couleur que le maillot, ne pas être attaché au maillot, ne pas être un danger pour la joueuse qui le porte ou toute autre joueuse.
      Deux modèles de voile ont d’ailleurs été homologués par les autorités du football, ceux de la jeune designer Elham Seyed Javad et de sa société canadienne ResportOn, renforcés grâce à un système d'aimants, afin d'éviter les étranglements. Particularité de la Montréalaise Seyed Javad, 26 ans, elle est Iranienne d’origine, de tradition musulmane mais a choisi de ne pas porter le voile.
      Autre société homologuée par la FIFA enfin, l’entreprise néerlandaise Capsters qui en ce moment solde son « capsters » dédié au surf au prix de 9,50 euros. Le prix de l’enfermement ou d’une liberté à venir ?
      F.G.

ACTUALITES

Autour du sport

TEMPÊTE DANS LES VOILES

Fred Guston

Après l'apparition controversée et éclair de la judoka saoudienne Wojdan Shaherkani aux JO de Londres, le débat sur le port du voile islamique lors des compétitions sportives rebondit – mollement – alors que la FIFA vient de préciser les contours de la réglementation l'autorisant en compétition.

Trois mois après les Jeux olympiques de Londres, un voile obscur enveloppe toujours le destin de Wojdan Shaherkani, judokate saoudienne de 16 ans qui a fait le 3 août dernier sur le tatami de l’Excel Center de Londres, une fugace apparition de 82 secondes. Le jour où Teddy Riner atteignait son Olympe personnel, Shaherkani devenait la première ressortissante saoudienne à représenter son pays aux Jeux olympiques. A peine l’espace d’une minute et demie donc, le temps que la Portoricaine Melissa Mojica ne (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. L’ACADÉMIE DES SPORTS DISTINGUE PICON, KEITA, CLOUVEL, MAURESMO, WERTH ET OURAHMOUNE

  2. C’EST PARTI POUR LE GLOBAL SPORT MENTORING PROGRAMME

  3. FLESSEL, MINISTRE EN PASSANT PAR BRATISLAVA ET LA MAIRIE DU 18E…

  4. DENIS MASSEGLIA VISE UN 3E MANDAT

  5. ISABELLE LAMOUR EST EN CAMPAGNE

  6. SPORTIVA-INFOS : TOUTE UNE ANNÉE DE SPORT FÉMININ ET MIXTE

  7. LE DOUBLE ÉVÈNEMENT DE DÉCEMBRE

  8. MMA : UNE ÉVOLUTION QUESTIONNÉE

  9. LE SPORT, LES MÉDAILLES, ET APRÈS

  10. SPORTIVA DANS LA MÊLÉE DU DÉBAT

  11. SPORTIVA-INFOS AU COLLOQUE « SPORT, HISTOIRE ET DIVERSITÉS »

  12. FOSBURIT, LE SPONSORING 2.0 POUR LES SPORTIVES

  13. QUAND FRANCE TÉLÉVISIONS DONNE LE (TRÈS) MAUVAIS EXEMPLE

  14. AUDREY PRIETO : « LES CHAMPIONNES SONT SOUS-UTILISÉES ! »

  15. AURORE ASSO : PLONGER POUR SENSIBILISER AU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

  16. BAKOU : ENTRE OBJECTIFS OLYMPIQUES ET PRESSION FÉDÉRALE

  17. DES FEMMES RÉCOMPENSÉES À JEAN-BOUIN

  18. LE BON PLAN (DE FÉMINISATION)

  19. ACADÉMIE DES SPORTS : IL N'Y A PAS QUE TONY PARKER DANS LA VIE...

  20. MUSÉE DU SPORT : NOUVELLE ÉPOQUE

  21. VERTIGO LA SOLIDARITÉ AU SOMMET

  22. QUE DEVIENNENT-ELLES (3/3) ? SONIA BOMPASTOR

  23. QUE DEVIENNENT-ELLES (2/3) ? ANNETTE SERGENT

  24. QUE DEVIENNENT-ELLES (1/3) ? LUCIE DÉCOSSE

  25. ENVOL ATTENDU POUR "LE SPORT DONNE DES ELLES"

  26. LANCEMENT D’UNE ASSOCIATION EUROPEENNE DES MEDIAS ET DU SPORT FEMININ

  27. L’AFFAIRE DES DEUX PHOTOS

  28. BONNE ANNÉE SPORTIVE 2014!

  29. VALÉRIE FOURNEYRON : PRIORITÉ AU SPORT FÉMININ PAR L'ÉDUCATION

  30. QUAND VALÉRIE FOURNEYRON MÈNE L’ENQUÊTE (1/2)

  31. CALI, CAPITALE SPORTIVE D’AMÉRIQUE GRÂCE À UNE FEMME

  32. STATU QUO DANS LES FÉDÉRATIONS

  33. LA 1RE EXPERTISE DU SPORT FÉMININ

  34. VALERIE FOURNEYRON ANNONCE SES PRIORITÉS POUR 2013

  35. LA PARITÉ AU SOMMET DES FÉDÉRATIONS, C'EST MAINTENANT ?

  36. LA DIRIGEANTE, L'AVENIR DU SPORT ?

  37. L’HALTÉROPHILIE DISSÉQUÉE PAR LA CIE MABEL OCTOBRE

  38. SPORTIVES EN PALESTINE

  39. LILIAN THURAM : "IL FAUT AVANCER LES YEUX OUVERTS"

  40. DOSSIER SPORTIVA (4/4) : CE QUE DISENT LES SPORTIVES

  41. DOSSIER SPORTIVA (3/4) : « LE VÊTEMENT FÉMININ A TOUJOURS FAIT L’OBJET DE VIVES DISCUSSIONS »

  42. DOSSIER SPORTIVA (2/4) : LES TENUES À L’ÉPREUVE DES RÈGLEMENTS

  43. DOSSIER SPORTIVA (1/4) : LES HABITS FONT L’ÉMOI

Facebook Twitter