SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2012-12-18 00:00:00
    • «LES LOUVES», CHAPITRE III - LA TANIÈRE
    • Handball
    • voir
    • Suite de notre feuilleton sur le club de handball du Paris Université Club, que Sportiva suit toute cette saison. Intitulée «Les Louves», cette série permet de mettre en lumière le quotidien d’un groupe amateur, la passion qui anime ses responsables et ses joueuses, les aléas qui s’opposent au développement d’une petite structure pourtant historique dans la capitale. Dans ce troisième volet, questions autour du gymnase des filles du PUC. Le loup est un animal sociable à plus d'un titre. Attroupé au sein d'une meute, il se plie à une hiérarchie qui permet au groupe de survivre. Il apprivoise également des lieux qui lui servent de refuge. Les Louves du PUC ressentent le même besoin, à ceci près que c'est un gymnase à plein temps qui fait l'objet de toutes les tentations. De cette tanière dépend beaucoup le sort du club de handball parisien qui souhaite plus que jamais marquer son territoire. Pendant près de deux mois cette saison, les Louves ont évolué pour leurs matches à domicile salle Charpy, au sein du complexe du Stade Charléty dans le 13e arrondissement, voisin du 14e où le club et la Cité universitaire, maison mère du club, sont basés. Avec ses quelque 1600 places, la halle parisienne a tout de l'infrastructure monstre qui ne sied guère aux courageuses mais modestes Louves, perdues dans l'immensité d'une des principales salles de la capitale. Didot, la solution A l'intersaison, les responsables du club ont souhaité jouer dans un gymnase situé dans le 14e arrondissement. Situé entre le boulevard périphérique et le boulevard des Maréchaux, le bâtiment fait figure d'installation idéale pour les Louves et son entraîneur Bruno Moulin. « Le gymnase Didot est ce qu'il nous faut, affirme le technicien. C'est une salle à taille humaine, bien éclairée, en bon état. C'est ce dont nous avons besoin pour nous entraîner la semaine et jouer les week-ends. Nous voulons en faire notre enceinte attitrée. » Ce nid douillet est important à plus d'un titre pour les Louves. Modeste salle pouvant accueillir quelques centaines de spectateurs au plus avec son unique tribune latérale, Didot doit être le quartier général du club, cet endroit qui doit allier chaleur et compétivité, savant mariage qui pourrait refaire décoller le PUC vers des sphères plus propices. En quête d'un club house, où les joueuses pourraient communier, dans la victoire ou la défaite, afin de consolider le collectif, les Louves pourraient faire de Didot leur tanière. Et cela semble prendre la bonne voie. Le 1er décembre dernier, le PUC a en effet enfin délaissé Charpy au profit de Didot pour un match de championnat. Signe que les démarches administratives évoluent dans le bon sens grâce au soutien de la mairie d'arrondissement, les entraînements sont régulièrement organisés dans ce gymnase depuis début octobre. Mais rien n'indique que les meubles posés par le club de handball soient solidement ancrés. Et en janvier il n'est pas dit que, lorsque la trêve hivernale sera terminée, les Louves puissent jouer à la maison. La salle fait en effet l'objet de nombreuses tractations pour pallier la non-disponibilité du stade Pierre-de-Coubertin, situé dans le 16e arrondissement. Moulin et sa bande entendent néanmoins tout faire pour convaincre de leur besoin. De concert avec la mairie, l'organisation ce week-end autour de l'événement éducatif Hand'Elles, visant la promotion du handball auprès des fillettes, y participe. Certaines Louves ont d'ailleurs contribué à sa coordination à Didot. Preuve que la tanière des Louves prend forme. Ch.L. Du côté sportif... Enfin les vacances pour les Louves. Il était temps de recharger les batteries pour une équipe toujours en proie aux mêmes difficultés. Régulièrement dans le coup à la pause, chaque match du PUC prend une tournure des plus déconcertantes à l'entame de la seconde période. Et à chaque fois le même scénario, y compris face aux écuries de tête du championnat, Palaiseau ou le Paris Sport Club, longtemps mené par des Louves sujettes au même vertige. Du coup, le PUC est 8e sur 10 après 8 journées, un maigre matelas d'avance sur la zone rouge. « Le besoin de points est maintenant urgent », s'inquiète Bruno Moulin, l'entraîneur des Louves, qui entend essayer de nouvelles choses pour empêcher les siennes de sombrer physiquement et mentalement en deuxième période. Ne serait-ce que pour ne plus être champion des premières périodes... Résultats Journée 1 : Val d’Orge – PUC 32-11 Journée 2 : PUC – Morsang-Fleury-Savigny 26-14 Journée 3 : Paris Hanball – PUC 26-18 Journée 4 : PUC – Issy-Paris 22-21 Journée 5 : Palaiseau – PUC 27-17 Journée 6 : Saint-Gratien – PUC 28-15 Journée 7 : PUC – Paris Sports Club 25-32 Journée 8 : Le Chesnay – PUC 29-20 Classement (après 8 journées) : 1. Palaiseau, 24 pts ; 2. Paris Sport Club, 23 pts ; 3. Val d’Orge, 19 pts ; 4. Antony, 16 pts ; 5. Saint-Gratien, 16 pts ; 6. Morsang-Fleury-Savigny, 13 pts ; 7. Paris Handball, 12 pts ; 8. PUC, 12 pts ; 9. Le Chesnay, 11 pts ; 10. Issy-Paris, 9 pts.

ACTUALITES

Handball

«LES LOUVES», CHAPITRE III - LA TANIÈRE

Texte et photo : Christophe Lemaire

Suite de notre feuilleton sur le club de handball du Paris Université Club, que Sportiva suit toute cette saison. Intitulée «Les Louves», cette série permet de mettre en lumière le quotidien d’un groupe amateur, la passion qui anime ses responsables et ses joueuses, les aléas qui s’opposent au développement d’une petite structure pourtant historique dans la capitale. Dans ce troisième volet, questions autour du gymnase des filles du PUC.

Le loup est un animal sociable à plus d'un titre. Attroupé au sein d'une meute, il se plie à une hiérarchie qui permet au groupe de survivre. Il apprivoise également des lieux qui lui servent de refuge. Les Louves du PUC ressentent le même besoin, à ceci près que c'est un gymnase à plein temps qui fait l'objet de toutes les tentations. De cette tanière dépend (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter