SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2013-02-14 00:00:00
    • COLINE MATTEL : «QUAND ON EST LÀ-HAUT, SUR LA BARRE D' ÉLAN...»
    • Saut à ski
    • voir
    • SAUT À SKI. Coline Mattel, 17 ans seulement, commence à s'imposer comme une figure mondiale dans la discipline du saut à ski. A l'approche des championnats du monde prévus dans la Val di Fiemme italienne, la Française revient sur son nouveau statut après sa victoire récente à Sapporo (Japon). Elle raconte à Sportiva-infos ses ambitions et ses sensations à l'instant de l'envol… Interview. (2464 signes) Vous commencez à vous imposer comme une incontournable du saut à ski. Que ressentez-vous ? COLINE MATTEL : Je ne sais pas si l'on peut dire incontournable. Il y a beaucoup de noms qui sont plus célèbres que le mien. Des anciennes, ou même des plus jeunes comme Sarah Hendrickson ou Sara Takanashi. Elles sont plus régulières que moi. Sarah Hendrickson a tout gagné la saison dernière, et Takanashi, cette année, est au sommet depuis les deux dernières compétitions. Mais c'est vrai, je commence à me faire une place. A un an des Jeux olympiques de Sotchi, vous en êtes à deux victoires, et vous n'avez que 17 ans. On peut appeler cela un exploit, non ? Oui, disons que je fais tout ce qu'il faut pour. Je me donne à fond, et c'est un sport que j'aime. Les résultats sont là, et je n'ai qu'une envie, que cela continue. Je suis là pour gagner, c'est sûr. Penser à un résultat aux Jeux olympiques après vos victoires récentes devient un objectif très réaliste… C'est vrai que les JO sont le rêve de tout sportif. Et puis, pour les sauteuses à ski, ce sera les premiers Jeux. Cela représente donc quelque chose en plus. C'est un grand pas dans l'histoire de notre sport. Après, c'est dans un an et, avant cela, il y a les championnats du monde. C'est l'objectif de la saison et on ne pense qu'à cela en ce moment. Quand on regarde le saut à ski, on sent une grande concentration juste avant le saut. Pouvez-vous nous expliquer ce qu'il se passe à ce moment-là ? J'ai un peu de mal à le décrire. On est tellement concentré que l'on ne pense pas aux sensations et comment l'expliquer aux gens. Il y a toujours une petite appréhension avant chaque saut. Quand on est là-haut, sur la barre d'élan, il y a toujours ce petit truc qui fait que l'on va se lancer dans le vide. Il y a aussi le vol et la sensation de voler. Néanmoins, la première décharge d'adrénaline reste le moment où je me lâche. Plus rien ne me retiens, je ne peux plus revenir en arrière. Après, quand je suis en l'air, ça reste la plus belle sensation. Propos recueillis par Amina Hamoum et Yaneth Pinilla B.

ACTUALITES

Saut à ski

COLINE MATTEL : «QUAND ON EST LÀ-HAUT, SUR LA BARRE D' ÉLAN...»

Propos recueillis par A.H. et Y.P.B. Photo : Wikimedia Commons - Manuguf.

SAUT À SKI. Coline Mattel, 17 ans seulement, commence à s'imposer comme une figure mondiale dans la discipline du saut à ski. A l'approche des championnats du monde prévus dans la Val di Fiemme italienne, la Française revient sur son nouveau statut après sa victoire récente à Sapporo (Japon). Elle raconte à Sportiva-infos ses ambitions et ses sensations à l'instant de l'envol… Interview. (2464 signes)

Vous commencez à vous imposer comme une incontournable du saut à ski. Que ressentez-vous ?
COLINE MATTEL : Je ne sais pas si l'on peut dire incontournable. Il y a beaucoup de noms qui sont plus célèbres que le mien. Des anciennes, ou même des plus jeunes comme Sarah Hendrickson ou Sara Takanashi. Elles sont plus régulières que moi. Sarah Hendrickson a tout gagné la saison dernière, et (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter