SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2013-02-25 00:00:00
    • ET LA COUPE DU MONDE AU FAIT ?
    • Rugby
    • voir
    • Les Françaises ont remporté samedi une brillante et convaincante victoire à Twickenham contre l'Angleterre, vice-championne du monde et tenante du titre des Six Nations, en baisser de rideau du match masculin. Dans un peu plus d’un an, la Coupe du monde se déroulera en France. Où en sont l’organisation et le projet sportif ? Sportiva-infos fait le point. C’est un double contraste saisissant qui a eu lieu samedi soir à Twickenham. Après la nouvelle contre-performance du XV de France masculin, battu 23-10 par les Anglais, dans un stade de Twickenham rugissant de plaisir, c’est une large victoire que les Bleues ont obtenu (20-30) dans une enceinte où près de 8 000 spectateurs, regroupés dans la tribune d’honneur, sont restés sans voix. Un petit exploit dans le landerneau du rugby à XV féminin tant les Anglaises dominent le vieux continent. « Attention cependant car les Anglaises n’alignaient pas deux ou trois joueuses de très haut niveau et McLean n’est rentrée qu’en deuxième période », temporise Annick Hayraud, manager des Bleues. « En tout cas, poursuit-elle, c’est une belle victoire car on n’avait pas gagné chez elles depuis 2005 et puis surtout cela nous permet d’aller en Irlande pour jouer la gagne dans le Tournoi. » Mais surtout cette victoire sur les finalistes de la Coupe du monde 2010 donne des idées aux Françaises et à leur encadrement. Car dans un peu plus d’un an, c’est dans l'Hexagone que le gotha mondial se retrouvera pour la septième Coupe du monde. « C’est chez nous alors, évidemment, on a de l’ambition, confie Hayraud. Nous travaillons déjà sur un groupe de 30 à 35 joueuses à qui nous demandons d’être encore plus exigeantes, car être la meilleure en France n’est pas suffisant pour rivaliser vraiment avec les Néo-zélandaises ou les Anglaises. Sur un match, on peut créer l’événement mais nous avons toujours un déficit physique même si les filles font du renforcement musculaire. Nos sommes encore un ton en-dessous. » Une annonce et puis plus rien Une Coupe du monde ? Mais qui est au courant ? Sans doute pas grand monde, tant le silence enveloppe ce qui, pour le sport féminin en général, a tout pour devenir un événement majeur. Aucune communication, aucune publicité, aucune billetterie et, pour tout dire, aucune information. Et donc aucun buzz. Comment en est-on arrivé là, à maintenant 17 mois du coup d’envoi ? Tout a commencé fin juin 2011, lors du Congrès annuel de la Fédération française de rugby (FFR, en charge du rugby à XV et du Sevens), à Versailles. Bernard Lapasset, président français de l’IRB (International Rugby Board, le gouvernement mondial du rugby à XV) annonce que la France a obtenu l’organisation du mondial féminin. Il en circonscrit même la zone géographique : en Île-de-France. Il en indique le budget : « De l’ordre de ce qui s’est fait en Angleterre en 2010 : autour de 700 000 euros », précise-t-il, en répondant à la question de Sportiva-infos lors de cette conférence de presse. Depuis cette annonce, aucune autre information n’a été diffusée. Les occasions de populariser cet événement n’ont pourtant pas manqué : il y a eu les premières retransmissions télévisuelles de matches de l’équipe de France (19 mars 2012, puis 24 novembre 2012 sur France 4 et ce dernier samedi avec le crunch féminin) ; il y a encore eu le match joué au stade de France (en lever de rideau de France-Samoa). Autant d'espaces médiatiques pour mobiliser et intéresser. La communication n’en sera sans doute que plus forte le moment venu ! Les dates et les lieux sont... La fédération a finalement révélé à Sportiva-infos les dates de l’épreuve : ce sera du 28 juillet au 17 août 2014. Et le centre névralgique en sera le CNR de Marcoussis. La FFR précise également les premiers éléments du montage sportif : « Les douze équipes sélectionnées seront regroupées au Centre national du rugby. Les matches auront lieu sur le terrain d’honneur du CNR et nous utiliserons sans doute aussi le stade de la ville de Marcoussis avec qui nous entretenons de bons rapports. Pour ce qui est des demi-finales et de la finale, elles devraient avoir lieu dans l’un des stades parisiens, Charléty ou Jean-Bouin. » Le but, avec une utilisation optimale des structures existantes à Marcoussis et avec une unité de lieu forte est «d’être à l’équilibre ». Une première subvention a déjà été allouée : 500 000 euros de la part du CNDS (Centre national pour le développement du sport) sur un budget total de 3 030 783 euros, soit 2,5 fois le budget de la précédente Coupe du monde disputée en Angleterre en 2010, si l’on se réfère au chiffre donné par Bernard Lapasset et à celui divulgué par le Financial Times en mars 2010 sur le sujet. Les garçons d’abord ! Depuis maintenant presque deux ans, c’est donc dans une certaine indifférence que l’on se rapproche de ce rendez-vous. « Nous ne communiquerons pas et ne lanceront rien tant que n’aura pas eu lieu la Coupe du monde des juniors que nous organisons aussi en juin prochain, explique-t-on finalement à la fédération. Il restera alors un an avant la Coupe du monde féminine. Ce sera suffisant pour tout lancer. » Bref, les filles passent après les garçons. Mais sur le plan sportif, à Twickenham ce samedi, ce sont bien les Bleues qui étaient devant ! J.C. Angleterre-France 20-30 (mi-temps : 10-18) (23 février ; Tournoi des Six Nations 2013 ; 3e journée ; match disputé à Twickenham à 20h20 et diffusé sur France 4 en léger différé ; 8 000 spectateurs). Points pour la France : 5 essais : Élodie Guiglion, Lucille Godiveau, Safi N’Diaye, Christelle Chobet et Caroline Ladagnous. 1 transformation et 1 pénalité : Sandrine Agricole. XV de départ : Caroline Ladagnous (Lons), Jade Le Pesq (Rennes), Élodie Poublan (Montpellier), Lucille Godiveau (Rennes), Élodie Guiglion (Usap), Sandrine Agricole (Rennes), Marie-Alice Yahé (Usap) (c), Hélène Ezanno (Rennes), Laëtitia Salles (La Valette), Christelle Chobet (Lons), Sandra Rabier (Caen), Marine de Nadaï (Montpellier), Coumba Tombe Diallo (Bobigny), Laëtitia Grand (Lons), Safi N’Diaye (Montpellier). Remplaçantes : Marjorie Mayans (à la place de Poublan, 34e), Gaëlle Mignot (à la place de Salles, 50e), Jessy Trémoulière (à la place d’Agricole, 68e), Assa Koïta (à la place de Rabier, 69e), Manon André (à la place de Grand, 69e), Julie Billès (à la place de Le Pesq, 72e). Entraîneurs : Nathalie Amiel, Christian Galonnier Manager : Annick Hayraud Chef de délégation : Nathalie Janvier Prochains matches Irlande-France le 8 mars à Ashbourne et France-Écosse le 15 mars, à Dijon. Tous les résultats, les classements et des statistiques individuelles et collectives sur le Tournoi 2013 à consulter sur notre page Facebook.

ACTUALITES

Rugby

ET LA COUPE DU MONDE AU FAIT ?

Texte : Jacques Cortie / Photo : Sportiva-infos

Les Françaises ont remporté samedi une brillante et convaincante victoire à Twickenham contre l'Angleterre, vice-championne du monde et tenante du titre des Six Nations, en baisser de rideau du match masculin. Dans un peu plus d’un an, la Coupe du monde se déroulera en France. Où en sont l’organisation et le projet sportif ? Sportiva-infos fait le point.

C’est un double contraste saisissant qui a eu lieu samedi soir à Twickenham. Après la nouvelle contre-performance du XV de France masculin, battu 23-10 par les Anglais, dans un stade de Twickenham rugissant de plaisir, c’est une large victoire que les Bleues ont obtenu (20-30) dans une enceinte où près de 8 000 spectateurs, regroupés dans la tribune d’honneur, sont restés sans voix.

Un petit exploit dans le landerneau du rugby à XV féminin tant (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. RUGBY : ÉTAT DES LIEUX AVANT LA COUPE DU MONDE

  2. LA FRANCE 4e DU CLERMONT SEVENS !

  3. L’HISTOIRE PASSIONNÉE DES BALLES OVALES

  4. CHEROUK ENVOIE DU SON, LES FILLES ENVOIENT DU JEU

  5. RUGBY À XIII : L’ÉQUIPE DE FRANCE PRIVÉE DE COUPE DU MONDE

  6. L’ESPAGNE REJOINT LA FRANCE À RIO…

  7. GRANDE PREMIÈRE POUR L’AUSTRALIE, LA FRANCE NE DÉCOLLE PAS…

  8. LES BLEUES REMPORTENT LE 6 NATIONS, GAËLLE MIGNOT RACONTE

  9. CARLOS ZALDUENDO : « 6 ET PEUT-ÊTRE 8 NATIONS POUR LE PROCHAIN MONDIAL »

  10. L’USAP, FORFAIT GÉNÉRAL

  11. QUAND L’ÉQUIPE DE FRANCE TIENT TÊTE À L’ANGLETERRE…

  12. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 2/2

  13. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 1/2

  14. LES BLEUES AUX PORTES DE L'OLYMPE

  15. UNE NOUVELLE ÈRE POUR LE XV DE FRANCE

  16. RENDEZ-VOUS EN 2017... MAIS OÙ ?

  17. « MÉDIATIQUEMENT, IL N'Y AVAIT RIEN »

  18. RDV À JEAN-BOUIN !

  19. RUGBY À XV ET SEVENS : LA COHABITATION, JUSQU’OÙ ?

  20. FRANCE ? NOUVELLE-ZÉLANDE ? ANGLETERRE ?

  21. COUPE DU MONDE : À QUI LA 7e LEVÉE ?

  22. FINALE À XIII: LES PATRONNES C'EST LES FILLES DE FACTURE-BIGANOS !

  23. CLÉMENCE, 16 ANS, ARBITRE

  24. COUPE DU MONDE (4/4) : LES AUSTRALIENNES CHAMPIONNES, LES FRANÇAISES AUSSI !

  25. COUPE DU MONDE (3/4) : LA FRANCE 4e NATION MONDIALE

  26. AVEC L'ÉQUIPE DE FRANCE (2/4) : SCÈNES D’AVANT LE MATCH POUR LA 3e PLACE

  27. AVEC L’ÉQUIPE DE FRANCE (1/4): CONTRE L’ANGLETERRE À BATLEY

  28. LES BLEUES MOTIVÉES POUR "LEUR" COUPE DU MONDE

  29. SOUS LES PALMIERS, LA RAGE

  30. « TRAVAILLER LE PHYSIQUE EN VUE DE LA COUPE DU MONDE »

  31. Comment s'extirper (de justesse) des griffes des Eagles

  32. USA-FRANCE À LOS ANGELES: «UNE FORTE MAIS SAINE RIVALITÉ»

  33. TOP 10: LE LMRCV VEUT BOUSCULER LA TRADITION

  34. SEVENS : LES DÉFIS DES FRANÇAISES

  35. LE TOURNOI DES SIX NATIONS SACRIFIÉ, LE RUGBY À XV MENACÉ

  36. SIX NATIONS : BILAN ET CHAMBOULEMENT

  37. STADE DE FRANCE ET COUPE DU MONDE

  38. OÙ VA L’OVALIE ? (2/2) LE 13, UN RUGBY VITAL

  39. OÙ VA L’OVALIE ? (1/2) LES CLIGNOTANTS VERTS DE LA FFR

Facebook Twitter