SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2013-07-13 00:00:00
    • AVEC L'ÉQUIPE DE FRANCE (2/4) : SCÈNES D’AVANT LE MATCH POUR LA 3e PLACE
    • Rugby
    • voir
    • Les Françaises et leur staff ont géré avec sérénité l’après-match de Batley contre les Anglaises (défaite 42-4) pour se présenter ce samedi contre les mêmes adversaires avec cette fois l’enjeu d’une 3e place dont la conquête constituerait un exploit retentissant pour les Bleues. En attendant le coup d’envoi (18h00 locales – 19h00 en France –direct commenté sur Sportiva-infos) nous avons suivi l’équipe de France. 2e volet de notre série avec quelques scènes vécues hier vendredi à Leeds : où l’on voit les Bleues poser avec les gamins des écoles, Maud Signoret à la recherche de ses baskets, Olivier Janzac annoncer la compo et Marie-Jayne Bentley nous parler de sa vie… 14h00 : au Stanningley SARLC C’est un club comme on les imagine bien : pelouse parfaite, petite maison, pardon club house, quelques photos vieillies, une atmosphère rugby et la fraîcheur des arbres environnants comme des terrains récemment arrosés. Le Stanningley SARLC, c’est un lieu du rugby à XIII aux environs de Leeds, sur des hauteurs agréablement ventilés, alors que la chaleur étouffe Leeds, en contrebas. C’est le camp de base entre chaque match pour l’équipe de France. Aujourd’hui (pour vendredi) c’était soft : le match de poule contre l’Angleterre date d’une quinzaine d’heure et question condition physique les Bleues sont au point : « On a vraiment eu de très bonnes conditions de préparation sur les mois précédents l’événement. On a beaucoup insisté pendant cette période sur la prépa physique. Nous avons eu 7 stages et je ne suis pas inquiet pour leur capacité à reprendre les Anglaises samedi. » Olivier Janzac, le coach depuis maintenant 6 ans des Bleues, distille avec simplicité ses arguments et points de repères. Dans la série des coaches envahissants, sur-argumenteurs, ce n’est pas lui. Dans la série des coaches qui autonomisent et distillent des messages immédiatement appréhensibles, il est sans doute un exemple. Après un repas tout british et peu sportif (riz, viande le tout nappé de sauce barbecue) qui a suivi une séance de piscine le matin et quelques jeux une fois arrivé ici il y avat deux grandes affaires à régler pour le groupe : la photo officielle et la vidéo du match de la veille. La photo, allez savoir pourquoi, est programmée à 14h00 : personne ne pouvait imaginer sans doute qu’il y aurait autant de soleil. En clignant des yeux et après avoir passé leur tenue blanche le groupe est en place sur le terrain. Quelques prise à peine et voilà la séance qui se prolonge par l’arrivée des jeunes scolaires qui, système éducatif britannique, en ont fini avec l ‘école et passent aux activités sportives. Puis le grand écran diffuse un résumé du match de la veille à Batley. Option choisie par Janzac : le mutisme. Pendant ¾ d’heure les meilleures et plus significatives actions de la partie passent dans un silence absolu. Le soir il dira : « Je vous ai laissées analyser vous-même. s ce qui s’est passé sur le match. Il faut vous approprier les faits d’un match. ». 16h00 : bar du Novotel Un expresso ça ne se loupe pas pour repartir. Yoann Bodier et Barry l’officier de liaison discutent d’une feuille à compléter : l’organisation demande à chaque staff de donner ses 13 noms pour établir la dream team du tournoi. Bien sûr, interdiction de faire figurer des joueuses de sa propre équipe. Mais voilà Maud Signoret qui déboule ! Grande et blonde la marseillaise est celle qui a joué le plus depuis le début de ce mondial. Un élément incontournable. Pilier, compétitrice, sa 1re Coupe du monde elle la prend goulument. Pourtant il ne faut pas que le moindre détail perturbe cette volonté farouche : « Barry, j’ai oublié mes baskets dans le bus en revenant de Stanningley ! ». Incroyable comme un drame peut toujours se cacher au détour d’une journée de transition entre deux matches ! « C’est mes préférées ! Il me les faut absolument avant l’Angleterre. Barry, tu peux appeler le chauffeur , s’il te plaît ! . Barry, c’est le jeune british, passé par Nantes où il a joué. Il lui reste un français impec qui permet même à ce jeune treiziste musculeux de manier la plaisanterie. Maud insiste. Le british ne bouge pas. C’est que finalement il y a des marottes et des rituels et chacun-chacune en est parfois dépendant : »Oui, mais moi je le dis réplique Signoret. »Les autres filles elles disent rien mais il faut les voir dans les vestiaires quand elles sortent leurs affaires et qu’elles les placent comme ça et pas autrement ! » Lors de la réunion du soir, Barry remettra les baskets bleues à Maud : « C’est les Anglaises qui les ont retrouvées car elles avaient le même bus dans l’après-midi. Elles les ont données au chauffeur. ». Silence de Maud ; Puis : « Putain ! Elles les ont pas mises j’espère, sinon il faut que les lave ! » 19h00 : salle de réunion du Novotel : Au premier étage de l’établissement situé sur le Whitehall quay à quelques centaines de mètres de la gare ferroviaire de la ville les françaises sont sagement installées dans la petite salle. C’est l’étage de toutes les circulations et de toutes les réunions puisque les quatre équipes dont toutes logées ici. On se croise et se recroise et on a le temps de se jauger voire de sympathiser entre joueuses. C’est le cas avec les Australiennes et les Néo-Zed. Comme par hasard, rien avec les représentantes de la perfide Albion…Le staff finit sa réunion préparatoire dans un salon attenant. Puis Cécile Segahairia vient chercher 4 filles. Olivier Janzac leur annonce qu’elles ne sont pas dans le groupe. Le staff arrive ensuite dans la salle. Le coach est cash. Pas de discours, pas d’explication : « Voilà l’équipe pour demain ». Il donne la compo (lire en note) et agrémente de ces quelques phrases : « Je suis très impatient de ce match de demain (pour aujourd’hui). Plus on avance dans la compétition, mieux on est. Physiquement il n’y a pas de souci. Il y a un truc à jouer. Vous êtes à maturité. Nous sommes à la fin d’un cycle. À part Mélanie (Jean) et Nazrati (Boina) vous êtes toutes aguerries et comptez de nombreuses sélections. À chacune de rentrer dans son match. C’est votre match.» Derrière c’est Yoann Bodier qui prend la parole. Le manager fera à peine plus long : « Je sais que vous allez donner le meilleur de vous-mêmes. On est convaincu avec le staff que vous allez montrer que vous n’êtes pas là par hasard. On a déjà la reconnaissance des autres équipes, peut-être pas encore des Anglaises, c’est vrai… Je voudrais aussi profiter de l’un de ces derniers moments pour vous rappeler les gens et les sociétés grâce à qui on est là. » Suit une liste de contributeurs lue par le manager qui conclue : « On vous a demandé du professionnalisme et vous en avez fait preuve. Rendez-vous demain (pour aujourd’hui) pour votre plus beau match. » 20h00 : hall du Novotel Jayne-Marie Bentley est assise seule, loin de toute française. La capitaine blessée (fracture de la main droite à la 50e du premier match contre la Nouvelle-Zélande) attend, alors que le staff bleues et ses co-équipières sont au repas. « ça va ? Pourquoi vous êtes seule ? » « Oh il n’y a pas de problème. C’est parce que je vais aller à l’église avec d’autres joueuses des autres équipes. Je crois qu’il y aura des Néo-Zélandaises, une Anglaise aussi. Nous allons à Bradford à une demi-heure d’ici." Son père, néo-zélandais a joué à Villeneuve-sur-Lot et Jayne-Marie a cette double culture sportive et sociale qui fait d’elle un personnage étonnant, toujours souriant mais ferme dans ses idées : Moi, je suis chrétienne. Là, on va dans une église évangélique où il y aura du pop-rock. J’ai raté le rendez-vous dimanche dernier car je n’étais pas au courant. La religion c’est important pour moi. J’ai un verset de la Bible tatoué sur l’avant bras gauche: Philippiens 4-13 qui dit : ‘Je peux tout grâce à Christ qui m’en donne la force’. Quand, c’est dur parfois en match, je lis et je repars...". J.C. Compo équipe de France : 1.Ludivine Miorin ; 2.Mélanie Jean ; 3.Houita Benchoug ; 4.Laurianne Guigue ; 5.Nazrati Boina ; 6.Sonia Zaghdoudi (Cap) ; 7.Élisa Ciria ; 8.Maud Signoret ; 9.Gaëlle Delas ; 10.Ambre Decarnin ; 11.Delphine Lacoste ; 12.Estelle Fauvelle ; 13.Anaïs Mikalef. Remplaçantes : 14.Audrey Lenet ; 15.Coralie Maurouard ; 16.Rachel Cousseau ; 17.Mira M’Raidi. Suivez l’intégralité du match Angleterre-France comptant pour la 3e place de la Coupe du monde sur le direct commenté de Sportiva-infos

ACTUALITES

Rugby

AVEC L'ÉQUIPE DE FRANCE (2/4) : SCÈNES D’AVANT LE MATCH POUR LA 3e PLACE

à Stanningley et Leeds: Jacques Cortie

Les Françaises et leur staff ont géré avec sérénité l’après-match de Batley contre les Anglaises (défaite 42-4) pour se présenter ce samedi contre les mêmes adversaires avec cette fois l’enjeu d’une 3e place dont la conquête constituerait un exploit retentissant pour les Bleues. En attendant le coup d’envoi (18h00 locales – 19h00 en France –direct commenté sur Sportiva-infos) nous avons suivi l’équipe de France. 2e volet de notre série avec quelques scènes vécues hier vendredi à Leeds : où l’on voit les Bleues poser avec les gamins des écoles, Maud Signoret à la recherche de ses baskets, Olivier Janzac annoncer la compo et Marie-Jayne Bentley nous parler de sa vie…

14h00 : au Stanningley SARLC

C’est un club comme on les imagine bien : pelouse parfaite, petite maison, pardon (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. RUGBY : ÉTAT DES LIEUX AVANT LA COUPE DU MONDE

  2. LA FRANCE 4e DU CLERMONT SEVENS !

  3. L’HISTOIRE PASSIONNÉE DES BALLES OVALES

  4. CHEROUK ENVOIE DU SON, LES FILLES ENVOIENT DU JEU

  5. RUGBY À XIII : L’ÉQUIPE DE FRANCE PRIVÉE DE COUPE DU MONDE

  6. L’ESPAGNE REJOINT LA FRANCE À RIO…

  7. GRANDE PREMIÈRE POUR L’AUSTRALIE, LA FRANCE NE DÉCOLLE PAS…

  8. LES BLEUES REMPORTENT LE 6 NATIONS, GAËLLE MIGNOT RACONTE

  9. CARLOS ZALDUENDO : « 6 ET PEUT-ÊTRE 8 NATIONS POUR LE PROCHAIN MONDIAL »

  10. L’USAP, FORFAIT GÉNÉRAL

  11. QUAND L’ÉQUIPE DE FRANCE TIENT TÊTE À L’ANGLETERRE…

  12. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 2/2

  13. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 1/2

  14. LES BLEUES AUX PORTES DE L'OLYMPE

  15. UNE NOUVELLE ÈRE POUR LE XV DE FRANCE

  16. RENDEZ-VOUS EN 2017... MAIS OÙ ?

  17. « MÉDIATIQUEMENT, IL N'Y AVAIT RIEN »

  18. RDV À JEAN-BOUIN !

  19. RUGBY À XV ET SEVENS : LA COHABITATION, JUSQU’OÙ ?

  20. FRANCE ? NOUVELLE-ZÉLANDE ? ANGLETERRE ?

  21. COUPE DU MONDE : À QUI LA 7e LEVÉE ?

  22. FINALE À XIII: LES PATRONNES C'EST LES FILLES DE FACTURE-BIGANOS !

  23. CLÉMENCE, 16 ANS, ARBITRE

  24. COUPE DU MONDE (4/4) : LES AUSTRALIENNES CHAMPIONNES, LES FRANÇAISES AUSSI !

  25. COUPE DU MONDE (3/4) : LA FRANCE 4e NATION MONDIALE

  26. AVEC L’ÉQUIPE DE FRANCE (1/4): CONTRE L’ANGLETERRE À BATLEY

  27. LES BLEUES MOTIVÉES POUR "LEUR" COUPE DU MONDE

  28. SOUS LES PALMIERS, LA RAGE

  29. « TRAVAILLER LE PHYSIQUE EN VUE DE LA COUPE DU MONDE »

  30. Comment s'extirper (de justesse) des griffes des Eagles

  31. USA-FRANCE À LOS ANGELES: «UNE FORTE MAIS SAINE RIVALITÉ»

  32. TOP 10: LE LMRCV VEUT BOUSCULER LA TRADITION

  33. SEVENS : LES DÉFIS DES FRANÇAISES

  34. LE TOURNOI DES SIX NATIONS SACRIFIÉ, LE RUGBY À XV MENACÉ

  35. SIX NATIONS : BILAN ET CHAMBOULEMENT

  36. ET LA COUPE DU MONDE AU FAIT ?

  37. STADE DE FRANCE ET COUPE DU MONDE

  38. OÙ VA L’OVALIE ? (2/2) LE 13, UN RUGBY VITAL

  39. OÙ VA L’OVALIE ? (1/2) LES CLIGNOTANTS VERTS DE LA FFR

Facebook Twitter