SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2013-07-15 00:00:00
    • COUPE DU MONDE (4/4) : LES AUSTRALIENNES CHAMPIONNES, LES FRANÇAISES AUSSI !
    • Rugby
    • voir
    • La 4e Coupe du monde s’est achevée dimanche 14 juillet au Headingley Carnegie Stadium de Leeds par une sensationnelle victoire des Jillaroos australiennes sur les Kiwis Ferms 22 – 12. Avec les Anglaises, 3es grâce à leur victoire sur la France en petite finale (54 – 0,) les trois nations majeures s’appuient sur d’importants viviers de joueuses et des statuts élite oscillant entre pro et semi-pro pour truster le podium mondial. Les Françaises, elles, progressent sportivement au prix d’un investissement énorme et de sacrifices financiers. Voici les Championnes du monde amateurs... Cet article clôt notre série de 4 livraisons sur la Coupe du monde de Rugby à XIII que nous avons suivie en direct, seul média français à le faire. Comme les précédents articles il est réservé aux abonné-e-s (voir tarifs et modalités). Texte de 6 000 signes où Delphine Lacoste, Mira M’Raidi, Laurianne Guigue, Mélanie Jean, Rachel … ou Élisa Ciria racontent leur vie et leurs choix sportifs. Dimanche 14 juillet le supplément sport duYorkshire Post n’en disait mot. Pas une ligne sur la victoire anglaise en Coupe du monde contre la France lors de la Petite Finale la veille au South Leeds Stadium. Remarquez il n’y avait rien non plus sur la finale du jour entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie au Carnegie Stadium, l’antre des Rhinos de Leeds. Mais, qu’on se rassure, la finale de Coupe du monde de équipes nationales masculines de la police n’avaient pas non plus la moindre ligne (victoire 18 – 16 de l’Australie devant les Fidji), non plus que la victoire, la veille à Londres, 42 – 40, des Français en finale de rugby fauteuil sur les anglais. Au pays complexe de la médiatisation les choses ne sont pas manichéennes. Alors pensez, si cet aspect ne concerne que de très loin les ‘petites françaises’ venues ici « affronter en dix jours les 3 plus grosses nations du monde, alors que nous n’avons usuellement qu’un match international par an contre une équipe anglaise, souligne Olivier Janzac, le coach des Bleues. Les filles, elles, ont fait de cette aventure de juillet tout à la fois un rendez-vous à ne pas manquer, un point d’orgue de leur vie sportive personnelle, un aboutissement d’une vie de groupe. C’est au choix. Mais toutes ont puisé au fond de leur motivation et de leur porte-monnaie. Un scan rapide du groupe montre combien les Françaises ont accroché un titre mondial, celui de la volonté farouche : une seule (sur 23) dispose du statut de sportive de haut-niveau, aucun défraiement ne leur ait accordé par la fédération. Delphine Lacoste : il y a celle qui passe son casque et part à la guerre « 2e ligne, c’est là où je suis le mieux ». Il y a celle qui promène sa tranquillité de top modèle au milieu du monde sportif. Delphine Lacoste est basée à Aix-en-Provence,. Elle est cadre en ressources humaines pour la société "Atexis", spécialisé dans l’aéronautique. Comme la vie serait trop simple elle joue avec Pujols, de l ‘autre côté de la France : « C’est mon club de cœur, j’ai commencé il y a dix ans là-bas. Du coup je m’entraîne seule. Je suis venue sur mes congés. J’ai fêté contre l’Angleterre ma 15e sélection le 13 juillet. C’était sans doute mon dernier match international. Je vais peut-être continuer le XIII mais je veux aussi pouvoir m’adonner à mon autre passion sportive : la voltige aérienne ». Mira M’Raidi : souriante, bondissante et jeune, 21 ans, elle découvre et pour cela elle a trouvé une organisation toute particulière. Cette carrossière formée par la filière BEP/CAP bosse dans le 3e arrondissement de Marseille et joue au XIII Provençal : « ». Rachel Cousseau : elle fait partie des grandes sœurs avec ses 38 ans et son job c’est comptable. En février dernier elle négocie une rupture conventionnelle pour se consacrer à la préparation de la compétition et préparer une nouvelle vie professionnelle : « Je vais préparer le diplôme d’entraîneur, le DEJEPS. Il se passe en 1 ans et 3 mois et me permettra d’entraîner jusqu’avant les pro. J’ai la passion du rugby et je suis déjà responsable de l’école de rugby du Clos Torreau Rugby 13. J’y entraîne aussi l’équipe seniors. Contre l ‘Angleterre c’était ma deuxième sélection et mon dernier match aussi. Je n’irai pas jusqu’à la prochaine Coupe du monde. J’ai eu une année exceptionnelle avec le mondial et le titre de Championne de France avec Facture ». Cassandre Campanella : 21 ans, Championne de France 2013 avec Facture, 1re cape internationale le 11 juillet dernier à Batley contre l’Angleterre ! Allez tout sourit à cette grande et discrète fille étudiante en architecture à Bordeaux dont les parents assurent derrière pour les études et le sport. Laurianne Guigue : « Je suis auxiliaire de puériculture et je travaille en crèche à Commons-sur-Durance, à côté d’Avignon. La municipalité a fait des efforts car ils considèrent que je représente la France. Avec le statut de sportive de haut-niveau ce serait plus clair. Depuis que l’équipe de France, depuis 2007, j’ai fait tous les matches. J’en suis donc à 17 sélections ». Ludivine Miorin : c’est le dernier rempart. Ludivine, joue arrière à Pujols et en sélection. Pour venir à la Coupe du monde elle a profité des circonstances que peut procurer un CDD : « Je suis aide-soignante à la clinique du parc de Villeneuve-sur-Lot . Je ne viens pas sur mes congès car dans ce contrat ils n’avaient pas besoin de mois en juillet. Je suis là donc sur du temps perso non reconnu par personne ». À 25 ans elle est partante pour prolonger l’aventure et viser la prochaine Coupe du monde, en 2016 en Nouvelle-Zélande. Houita Benchoug : « Oh,moi, c’est simple ! Je bosse dans une cantine. J’ai posé des congés pour pouvoir faire la Coupe du monde ». Élisa Ciria : la coiffure opulente et l’énergie à fleur de peau, elle est d’ores et déjà celle qui a sauvé l’honneur de la délégation française en marquant un essai aux anglaises le 11 juillet à Batley. Prof d’EPS, elle est immergée dans le sport et la performance et envisage même de passer l’été prochain dans une équipe anglaise à Bradford. C’est la seule détentrice du statut de sportive de haut-niveau.« J’ai fait aussi du cyclisme et je suis passée par le rugby à XV. Mais au Stade Bordelais on nous a obligé à choisir entre le XV et le XIII, alors j’ai choisi…. ». Mélanie Jean : son boulot c’est agent de logistique à CDiscount à Bordeaux. Pour la Coupe du monde elle a donc tout simplement posé une dizaine de jours de congé. Joueuse à XV à Bruges-Blanquefort elle est passée au XIII à la rentrée dernière et après une sélection en équipe d’Aquitaine, le «bonus de sa carrière a commencé pour aboutir et sans doute s’arrêter avec cette Coupe du monde. Sonia Zaghdoudi: à la 15' de du match pour la 3e place elle sort. Sonia, fort caractère, sourire de star, est dégoutée. Elle en voulait tellement. Son capitanat à elle c'est celui de l'affectif et de la guerre tout à la fois. Après, dans le bus, avec elle c'est 'motivé-e-s' qui retentit et pas les histoires de Sardines qu'affectionnent d'autres équipes nationales. Sonia, 24 ans, demi d'ouverture à Toulouse Ovalie, est l'avenir (une fois ces lignaments du genou gauche remis en ordre de bataille évidemment!). Étudiante en biologie elle attaque à la rentrée prochaine un master. Propos et témoignages recueillis par J.C.

ACTUALITES

Rugby

COUPE DU MONDE (4/4) : LES AUSTRALIENNES CHAMPIONNES, LES FRANÇAISES AUSSI !

Jacques Cortie (texte et photo) à Leeds

La 4e Coupe du monde s’est achevée dimanche 14 juillet au Headingley Carnegie Stadium de Leeds par une sensationnelle victoire des Jillaroos australiennes sur les Kiwis Ferms 22 – 12. Avec les Anglaises, 3es grâce à leur victoire sur la France en petite finale (54 – 0,) les trois nations majeures s’appuient sur d’importants viviers de joueuses et des statuts élite oscillant entre pro et semi-pro pour truster le podium mondial. Les Françaises, elles, progressent sportivement au prix d’un investissement énorme et de sacrifices financiers. Voici les Championnes du monde amateurs...

Cet article clôt notre série de 4 livraisons sur la Coupe du monde de Rugby à XIII que nous avons suivie en direct, seul média français à le faire. Comme les précédents articles il est réservé aux abonné-e-s (voir tarifs (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. COUPE DU MONDE: UNE HISTOIRE IRLANDAISE (2/2)

  2. Coupe du Monde: Une histoire Irlandaise (1/2)

  3. RUGBY : FIN DU RÊVE POUR LES BLEUES

  4. RUGBY : ÉTAT DES LIEUX AVANT LA COUPE DU MONDE

  5. LA FRANCE 4e DU CLERMONT SEVENS !

  6. L’HISTOIRE PASSIONNÉE DES BALLES OVALES

  7. CHEROUK ENVOIE DU SON, LES FILLES ENVOIENT DU JEU

  8. RUGBY À XIII : L’ÉQUIPE DE FRANCE PRIVÉE DE COUPE DU MONDE

  9. L’ESPAGNE REJOINT LA FRANCE À RIO…

  10. GRANDE PREMIÈRE POUR L’AUSTRALIE, LA FRANCE NE DÉCOLLE PAS…

  11. LES BLEUES REMPORTENT LE 6 NATIONS, GAËLLE MIGNOT RACONTE

  12. CARLOS ZALDUENDO : « 6 ET PEUT-ÊTRE 8 NATIONS POUR LE PROCHAIN MONDIAL »

  13. L’USAP, FORFAIT GÉNÉRAL

  14. QUAND L’ÉQUIPE DE FRANCE TIENT TÊTE À L’ANGLETERRE…

  15. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 2/2

  16. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 1/2

  17. LES BLEUES AUX PORTES DE L'OLYMPE

  18. UNE NOUVELLE ÈRE POUR LE XV DE FRANCE

  19. RENDEZ-VOUS EN 2017... MAIS OÙ ?

  20. « MÉDIATIQUEMENT, IL N'Y AVAIT RIEN »

  21. RDV À JEAN-BOUIN !

  22. RUGBY À XV ET SEVENS : LA COHABITATION, JUSQU’OÙ ?

  23. FRANCE ? NOUVELLE-ZÉLANDE ? ANGLETERRE ?

  24. COUPE DU MONDE : À QUI LA 7e LEVÉE ?

  25. FINALE À XIII: LES PATRONNES C'EST LES FILLES DE FACTURE-BIGANOS !

  26. CLÉMENCE, 16 ANS, ARBITRE

  27. COUPE DU MONDE (3/4) : LA FRANCE 4e NATION MONDIALE

  28. AVEC L'ÉQUIPE DE FRANCE (2/4) : SCÈNES D’AVANT LE MATCH POUR LA 3e PLACE

  29. AVEC L’ÉQUIPE DE FRANCE (1/4): CONTRE L’ANGLETERRE À BATLEY

  30. LES BLEUES MOTIVÉES POUR "LEUR" COUPE DU MONDE

  31. SOUS LES PALMIERS, LA RAGE

  32. « TRAVAILLER LE PHYSIQUE EN VUE DE LA COUPE DU MONDE »

  33. Comment s'extirper (de justesse) des griffes des Eagles

  34. USA-FRANCE À LOS ANGELES: «UNE FORTE MAIS SAINE RIVALITÉ»

  35. TOP 10: LE LMRCV VEUT BOUSCULER LA TRADITION

  36. SEVENS : LES DÉFIS DES FRANÇAISES

  37. LE TOURNOI DES SIX NATIONS SACRIFIÉ, LE RUGBY À XV MENACÉ

  38. SIX NATIONS : BILAN ET CHAMBOULEMENT

  39. ET LA COUPE DU MONDE AU FAIT ?

  40. STADE DE FRANCE ET COUPE DU MONDE

  41. OÙ VA L’OVALIE ? (2/2) LE 13, UN RUGBY VITAL

  42. OÙ VA L’OVALIE ? (1/2) LES CLIGNOTANTS VERTS DE LA FFR

Facebook Twitter