SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2012-04-16 00:00:00
    • BERCY : ÉMOTIONS À TOUS LES ÉTAGES
    • Handball
    • voir
    • Les finales de la Coupe de France 2012, disputées à Bercy, ont donné, du haut au bas de l’échelle sportive nationale , un spectacle plein d’émotions et de fougue. Reportage auprès des équipes de Banyuls-sur-Mer et de Toulon-St-Cyr couronnées chacune dans un débordement d’embrassades … En Janvier dernier Angèle Massot, aide-soignante de son état, devenait présidente du Banyuls Hand-ball. Bercy, elle n’y pensait même pas et quand la place en finale de ses filles en rose et noir fut acquise (victoire en demies sur La Rochette 17-18) c’est plutôt les finances du voyage qui l’ont occupé. Monter à Paris ! L’éternel défi du petit club provincial ! « Toute la ville s’y est mis. Je crois qu’il n’y a personne, parmi les 4.800 habitants, qui n’a pas fait un geste pour nous aider à boucler le budget. En attendant les subventions, qui arriveront plus tard, on a eu ce qu’il fallait. Près de 6.000 euros !» Du coup on ne sait pas de qui elle est le plus fière : de son public ou de son équipe. Voire peut-être de son titre de championne de Ligue du Languedoc-Roussillon de pétanque, acquis il y a tout juste une semaine… Le village qui se cristallise derrière son équipe c’est tout le charme de cette finale départementale que Banyuls a largement remporté devant les basques de Nafarroa 33-23 (16-14). Avec un coup d’envoi pour vrais amoureu-x-ses du sport : 9h00 ! Le contexte village, donc, là est le bonheur d’Aline Sagols : « Ce sont des émotions que je ne connaissais pas. Être l’équipe du village, c’est magnifique. Aline est tout sourire sur le parquet de Bercy. Le sport , c’est une part de sa vie et gagner des finales presque une seconde nature. Mais au rugby. Car cette quadra, toujours aussi bien placée sur un terrain puisque c’est au hand qu’elle avait commencé, a contribué à écrire l’histoire du rugby féminin hexagonal ces dix dernières années : internationale (Grand Chelem 2002, 3ème des Coupes du monde 2002 et 2006) Aline a, en plus remporté, plusieurs titres de championnes de France Elite avec Toulouges puis, pour finir, il y a trois ans, avec l’Usap. Cette tranche de vie elle l’a partagé avec son mari, Henri, un kiné hâbleur qui raconte, sans ambages, son parcours atypique : «Entraîneur de Toulouges puis de l’Usap féminine, je me suis retrouvé barman de l’association quand nous avons arrêté le rugby il y a trois ans et que Aline a repris le hand. Mais j’ai vite vu que je pouvais apporter un plus pour la condition physique et la préparation des matches… » Le résultat c’est une Coupe de France dans l’escarcelle pour un personnage qui évolue et entraîne sur le registre affectif. Mais qui sait écouter : « J’ai rencontré, il y a quelques temps, Claude Onesta et nous avons sympathisé… Il m’a donné des conseils… » Dans la matinée de Bercy ce couple incontournable du sport féminin rejoue en accéléré sa vie sportive. Et ils n’ont pas fini d’en narrer les détails : « Au rugby on gagne un titre de Champions de France avec Toulouges au Stade de France (2005 contre Caen, Ndlr). Et là on gagne la Coupe de France à Bercy ! » La zone mixte du Palais Omnisport frémirait encore des anecdotes catalanes si une paire d’heures plus tard, au même endroit, un autre personnage ne déroulait son étonnement et sa joie, autant que sa verve, après une victoire presque inespérée. « A la mi-temps je ne leur ai pas parlé de hand,souffle encore goguenard Thierry Vincent, l’entraîneur de Toulon. « J’ai essayé de piquer leur amour-propre. On peut perdre mais on ne pouvait pas accepter de faire de la figuration. On faisait n’importe quoi. Cette victoire c’est pour le groupe, pour l’intérieur du groupe. On était au fond du trou et on n’a pas voulu mourir. » Là aussi, là encore : de la tchatche, de la passion pour mettre en ordre de marche une équipe, des joueuses. Siraba Dembélé, affichait, d’ailleurs, un sourire définitif devant l’incroyable scénario (menées à la pause de cinq points les toulonnaises ont connu deux expulsions et ont ini par gagner 25-20) : « A la mi-temps, Thierry nous a remis dedans ! » Dans ses bras, sa nièce Fatim, deux ans, tout sourire aussi. Et dans les yeux de l’internationale, une joie démesurée. Décidemment, quel que soit le niveau, que d’émotions à Bercy ce dimanche ! Coupe de France 2012 / Palais Omnisport de Paris Bercy / 15 avril : Banyuls bat Nafarroa 33-23 (16-14) / Finale départementale Banyuls: Gardienne : Perroud 28 arrêts en 60 minutes ; Joueuses de champ : Massot 5 buts, Subra 1, Perdoncin, Sagols 14 dont 2 penalties, El-Aissaoui, Laclare 1, Gironella, Sagols 3, Renault 4, Horveno, Bayo 5 ; Entraîneur : Henri Sagols Nafarroa Gardiennes : Pierresteguy 3 arrêts en 30 minutes ; Iphoutcha 5 arrêts en 30 min. ; Joueuses de champ : Karoztegui 2 buts, Ansolabehere N. 1, Ansolabehre H. 13 dont 7 penalties, Ansolabehere C. 4, Goyenetche, Bidart 1, Etchandy, Lekumberry 2, Marisco, Haran, Wangermez, Mignot ; Entraîneur : Antoine Miguel-De-La-Torre Toulon bat Le Havre 25-20 (7-12) / Finale nationale Toulon Gardiennes : Oliveira 15 arrêts sur 34 tirs en 60 min., Troin ; Joueuses de champs : Flognman 1/2, Gnabouyou 2/7, Helgesson 1/5 et 2 passes, Gaudefroy, Mwasesa 2/6 et 2 passes, Tuvene 0/1 dont 0/1 pen., Dembele 6/6, Gondo, Abdourahim, Svangaard 6/7 dont 4/4 pen., Deroin 7/13 ; Entraîneur : Thierry Vincent Le Havre Gardiennes : Pradel 15 arrêts / 39 tirs en 60 min., Pereira 0/1 dont 0/1 pen.; Joueuses de champ : Morel, Vanparys, Alberto 4/11, Kresoja 5/7 et 1 passe, Baudouin 3/9, Sawaneh, Tounkara 1/4, Petricien, Martins-Horacio 4/5 et 1 passe, Tissier, Silva-Dos-Santos 1/3, De Sousa 2/6 et 1 passe; Entraîneur : Frédéric Bougeant

ACTUALITES

Handball

BERCY : ÉMOTIONS À TOUS LES ÉTAGES

Texte : Jacques Cortie / Photo : Sportiva-infos

Les finales de la Coupe de France 2012, disputées à Bercy, ont donné, du haut au bas de l’échelle sportive nationale , un spectacle plein d’émotions et de fougue. Reportage auprès des équipes de Banyuls-sur-Mer et de Toulon-St-Cyr couronnées chacune dans un débordement d’embrassades …

En Janvier dernier Angèle Massot, aide-soignante de son état, devenait présidente du Banyuls Hand-ball. Bercy, elle n’y pensait même pas et quand la place en finale de ses filles en rose et noir fut acquise (victoire en demies sur La Rochette 17-18) c’est plutôt les finances du voyage qui l’ont occupé. Monter à Paris ! L’éternel défi du petit club provincial ! « Toute la ville s’y est mis. Je crois qu’il n’y a personne, parmi les 4.800 habitants, qui n’a pas fait un geste pour nous aider à boucler (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter