SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2014-02-12 00:00:00
    • EAUBONNE, UNE MISE EN BOUCHE
    • Athlétisme
    • voir
    • En dépit d'un plateau moins relevé qu'en 2013, le Meeting Féminin d'Eaubonne, troisième du nom, a attiré les foules hier salle Stéphane-Diagana. Et si la marraine de la soirée Muriel Hurtis a déclaré forfait après s'être blessée à la cuisse lors de son échauffement, les Françaises ont répondu présent, en particulier sur la ligne droite de ce meeting en salle. Bien plus discrètes dans les concours, elles ont fait pale figure à côté de l'Ukrainienne Olga Saladukha et de la Russe Anzhelina Sidorova, créditées des deux grosses performances de niveau mondial de la soirée. Tia Hellebaut retraitée, Myriam Soumaré absente, les grandes animatrices du Meeting Féminin d'Eaubonne 2013 étaient absentes ce mardi pour la troisième édition de la réunion du Val-d'Oise. Hormis les Ethiopiennes sur le demi-fond, peu de stars internationales. Mais en signant des performances dignes du gotha planétaire, l'Ukrainienne Olga Saladukha et la Russe Anzhelina Sidorova ont animé ce millésime 2014. La première, au triple saut, a en effet signé la deuxième performance mondiale en salle de l'hiver, grâce à un troisième essai mesuré à 14,60m. Ce n'est que 5 centimètres de moins que le triple bond de la Russe Ekaterina Koneva, en tête des bilans mondiaux depuis le 30 janvier. Première Française, Nathalie Marie-Nély échouau pied du podium (13,55m). Même constat à la hauteur, où Mélanie Skotnik, la meilleure Tricolore sur cet exercice depuis des années, s'est contentée d'une médiocre barre à 1,80m et du septième rang final. Seule Marion Fiack, révélation de la saison en salle grâce à un saut à la perche à 4,61m, s'est mêlée à la bagarre pour la victoire. Troisième (4,51m), elle doit s'avouer vaincue devant le récital de la Russe Anzhelina Sidorova, créditée d'un record personnel à 4,71 m dès son troisième essai. Elle égale ainsi la quatrième meilleure performance mondiale de l'hiver. Lesueur y prend goût Pour trouver des Françaises dans le coup pour la victoire, il fallait plus certainement se rapprocher de la piste de 60 mètres d'Eaubonne. Sur les haies, Alice Decaux a ainsi remporté la seule victoire hexagonale du soir, en 8"14. Aïsseta Diawara termine deuxième dans le même temps. De retour de suspension pour dopage, Decaux est confiante sur ses chances de retrouver le haut niveau. «Je suis contente de pouvoir recourir, même si je n'ignore pas que mon image est ternie, confie la hurdleuse. J'espère bien me rapprocher des 8 secondes et pouvoir casser cette barre à nouveau cet hiver.» Prise par la patrouille avant les mondiaux de Moscou l'an passé, Decaux avait expliqué son contrôle positif par l'ingestion d'un complément alimentaire. Sur le plat, et même si la victoire est revenue à la Gabonnaise Zang Milama en 7"26, les Bleues Stella Akakpo (7"34) et Eloyse Lesueur (7"35) ont chacune abaissé leur record personnel. Une bonne habitude pour la deuxième, plus habituée à faire de ses courses un élan sur les sautoirs de la longueur. Championne d'Europe de la discipline en plein air, Lesueur ne manque pas d'ambition sur la ligne droite : «J'ai ce double objectif de pouvoir m'exprimer sur les deux épreuves désormais. Cela n'est pas anodin pour la longueur puisqu'avant d'être sauteuse en longueur, il faut savoir être sprinteuse. En tout cas, je m'éclate. Je redécouvre le plaisir de courir. Ce qui ne m'empêche pas de faire du saut ma priorité. Et à ce propos, il faudra faire attention à ma performance à New-York car mon seul concours de l'hiver en Allemagne (NDLR: 6,67 à Karlesruhe) nous a impressionnés mon entraîneur et moi.» Lesueur fera néanmoins l'impasse sur cet exercice lors des championnats de France en salle prévus à Bordeaux du 20 au 22 février. Sur cette trajectoire, Eaubonne a permis aux sprinteuses de conserver l'allure. Mais a aussi confirmé les difficultés rencontrées par l'athlétisme tricolore dans certaines épreuves comme le demi-fond et le fond, où Européennes de l'Est et Ethiopiennes ont joué les premiers rôles ce mardi. Ovationnées par Eaubonne, Sidorova, Saladukha ont aussi à l'esprit Sopot en Pologne, hôte des prochains mondiaux en salle au mois d'avril. Ch.L. Les résultats : 60m : 1. Ruddy Zang Milama (Gabon), 7"26 ; 2. Stella Akakpo (FRANCE), 7"34 ; 3. Eloyse Lesueur (FRANCE), 7"35. 200m : 1. Lea Sprunger (Suisse), 23"74 ; 2. Alexandra Bezekova (Slovaquie), 24"22 ; 3. Carima Louami (FRANCE), 24"49. 800m : 1. Joanna Jozwik (Pologne), 2'05"66 ; 2. Danuta Urbanik (Pologne), 2'06"11 ; 3. Elisa Cusma (Italie), 2'06"41. 3000m : 1. Senbere Teferi (Ethiopie), 8'57"93 ; 2. Haftamnesh Tesfay (Ethiopie), 9'00"47 ; 3. Svitlana Schmidt (Ukraine), 9'01"30. 60m haies : 1. Alice Decaux (FRANCE), 8"14 ; 2. Aïsseta Diawara (FRANCE), 8"14 ; 3. Aleksandra Antonova (Russie), 8"18. Hauteur : 1. Lavern Spencer (Sainte-Lucie), 1,90m ; 2. Nadezhda Dusanova (Ouzbékistan), 1,85m ; 2. Venelina Veneva (Bulgarie), 1,85m. Triple saut : 1. Olga Saladukha (Ukraine), 14,60m ; 2. Patricia Manona (Portugal), 13,92m ; 3. Keila Costa da Silva (Brésil), 13,69m. Perche : 1. Anzhelina Sidorova (Russie), 4,71m ; 2. Nicole Büchler (Suisse), 4,56m ; 3. Marion Fiack (FRANCE), 4,51m.

ACTUALITES

Athlétisme

EAUBONNE, UNE MISE EN BOUCHE

Texte et photo : Christophe Lemaire.

En dépit d'un plateau moins relevé qu'en 2013, le Meeting Féminin d'Eaubonne, troisième du nom, a attiré les foules hier salle Stéphane-Diagana. Et si la marraine de la soirée Muriel Hurtis a déclaré forfait après s'être blessée à la cuisse lors de son échauffement, les Françaises ont répondu présent, en particulier sur la ligne droite de ce meeting en salle. Bien plus discrètes dans les concours, elles ont fait pale figure à côté de l'Ukrainienne Olga Saladukha et de la Russe Anzhelina Sidorova, créditées des deux grosses performances de niveau mondial de la soirée.

Tia Hellebaut retraitée, Myriam Soumaré absente, les grandes animatrices du Meeting Féminin d'Eaubonne 2013 étaient absentes ce mardi pour la troisième édition de la réunion du Val-d'Oise. Hormis les Ethiopiennes sur le demi-fond (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter