SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2014-02-14 00:00:00
    • MATHILDE PETITJEAN, LE TOGO AUX JO
    • Ski de fond
    • voir
    • A 19 ans, Mathilde Petitjean, une lycéenne de Haute-Savoie a vécu ses premiers jeux sous les couleurs du Togo. Qui a recruté cet ex-espoir tricolore du ski de fond via les réseaux sociaux… Au début, elle a cru à une blague… Et puis, un peu moins de douze mois plus tard, elle s’est retrouvée aux Jeux olympiques de Sotchi sur la piste de ski de fond du 10 kilomètres olympique, à en baver sur une neige ramollie par des températures printanières et elle a passé la ligne d’arrivée, exténuée au bout de 37 minutes et 26 secondes d’effort. Soufflant : «La piste n’était vraiment pas facile à skier, mais je l’ai fait…» Soixante-huitième sur 75 concurrentes à neuf minutes de la championne olympique polonaise Justyna Kowalczyk, Mathilde Petitjean a «fait le buzz» comme elle le dit dans un sourire parce qu’au cours de ses JO au climat subtropical, sa participation restera gravée dans les tablettes : en amenant la combinaison du Togo jusqu’au finish d’une épreuve olympique ce 13 février 2014, elle est devenue la première athlète d’Afrique de l’Ouest à participer aux JO d’hiver. Qui d’ailleurs n’auront finalement compté que cinq athlètes africains (deux Marocains, deux Togolaises, un Zimbabwéen) engagés au milieu des quelque 2 900 participants. Pour Mathilde, la blague qui n’en était pas une avait commencé au printemps dernier lorsqu’elle fut contactée via son compte facebook par le Comité olympique togolais, pressé de l’enrôler pour l’aventure de Sotchi. Championne de France chez les juniors Ça tombe bien, la lycéenne en Sports études, née au Togo, mais élevée en Haute-Savoie à partir de l’âge de deux ans, vient d’apprendre que l’équipe de France juniors dont elle était membre est dissoute. Bien que championne de France juniors de la mass start sous les couleurs du Ski-Club Nordique du Pays Rochois, elle fait donc le choix de représenter les couleurs maternelles, après avoir remporté une autre épreuve de fond, celle du dossier administratif bouclé en novembre 2013 une fois obtenu l’accord de la Fédération internationale de ski (FIS) pour valider son changement de «casaque». La voilà donc au pied de la montagne olympique. Un peu seule finalement. «C’est vrai que c’est très dur de ne pas avoir de coéquipier. Et puis, la Fédération togolaise n’a pas de moyens, alors j’espère que des sponsors se montreront intéressés», raconte t-elle. En attendant, à Sotchi, elle s’est débrouillé, empruntant du matériel à droite ou à gauche, s’appuyant sur un entraîneur népalais… Pendant ce temps-là, les dirigeants du Togo ont fait monter la sauce olympique à leur façon. Arrivé au début des JO avec une heure de retard au centre des médias de Sotchi pour y donner une conférence de presse, Kelani Bayor, le vice-président du Comité olympique du Togo déclare tout de go que son pays «est en Russie pour remporter des médailles, pas pour s’amuser. Nous voulons nous battre d’égal à égal, nous ne sommes pas venus en athlètes résignés». Le Togo rêve de neige Il est vrai que Bayor, par ailleurs président de la Fédération togolaise de boxe a de la suite dans les idées puisque son pays a recruté large en enrôlant aussi une slalomeuse italienne, Alessia Afi Dipol. La jeune Transalpine ne doit qu’aux relations d’affaires de son paternel, Diego, sa sélection sous les couleurs du Togo. Bref, si la demoiselle répète à l’envie qu’elle a «ski dans le sang», sa relation avec l’Afrique n’a rien de très génétique. Mais le Togo ne compte pas s’arrêter là. Hyacinthe Edorh, un Togolais résidant en Allemagne bombardé chef de mission de la délégation togolaise à Sotchi, a expliqué à la presse internationale qu’il «voulait étendre le projet togolais de participation à des jeux d’hiver à toute l’Afrique». Parmi ses rêves les plus fous ou les plus incertains, la création d’une piste de ski indoor à Lomé, la capitale du Togo. En attendant, Mathilde a promis de revenir aux JO… F.G.

ACTUALITES

Ski de fond

MATHILDE PETITJEAN, LE TOGO AUX JO

A Sotchi, correspondance spéciale de Fred Guston. Photo : skiclubpaysrochois.com

A 19 ans, Mathilde Petitjean, une lycéenne de Haute-Savoie a vécu ses premiers jeux sous les couleurs du Togo. Qui a recruté cet ex-espoir tricolore du ski de fond via les réseaux sociaux…

Au début, elle a cru à une blague… Et puis, un peu moins de douze mois plus tard, elle s’est retrouvée aux Jeux olympiques de Sotchi sur la piste de ski de fond du 10 kilomètres olympique, à en baver sur une neige ramollie par des températures printanières et elle a passé la ligne d’arrivée, exténuée au bout de 37 minutes et 26 secondes d’effort. Soufflant : «La piste n’était vraiment pas facile à skier, mais je l’ai fait…»

Soixante-huitième sur 75 concurrentes à neuf minutes de la championne olympique polonaise Justyna Kowalczyk, Mathilde Petitjean a «fait le buzz» comme elle le dit dans un (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter