SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2012-04-22 00:00:00
    • BRATISLAVA (3/3) FLESSEL SUPER STAR
    • Escrime
    • voir
    • Laura Flessel-Colovic est allée chercher, hier, dans une patinoire de la banlieue de Bratislava sa qualification pour les JO. Un pur exploit qui enrichit le sport français d’une nouvelle histoire hors norme, celle d’une sportive qui va participer à ses cinquièmes Jeux! Quand Emma Samuelsson retire son casque à 19h47 hier samedi il n’y a même pas de rage sur son visage. Sa demi-finale contre Laura Flessel elle l’a perdue depuis de longues minutes. En s’inclinant 15-6 la suédoise, vainqueur de Flessel à St Maur, a très vite explosé devant l’enthousiasme et la rage de vaincre de son adversaire française. Il fallait trois victoires à Flessel pour décrocher son ticket londonien. Exemptée de tour de poules (ainsi que la hongroise Emese Szasz) grâce à son statut de tête de série Flessel a tiré à partir des 1/8èmes de finale et obtenu les trois victoires pour une qualification sous haute tension. Voici le récit d’une journée historique avec les réactions à chaud pour Sportiva-infos de Stéphane Riboud, Eric Srecki et Laura Flessel. Stéphane Riboud, entraîneur national épée : ‘Le match le plus dur a été le premier. Laura était tendue comme une corde de piano. Un premier match c’est souvent celui de tous les dangers. Elle a réussi à y rentrer et à faire ce qu’il fallait. Mais un classement mondial est pas une affaire mathématique (la turque Gocke Gunac est 230ème , NDLR) et ce n’était pas évident de rentrer dans cette compétition qui était la compétition de la mort. En fait il y avait une majorité de jeunes tireuses qui objectivement avaient tout à gagner et quelques unes, comme Laura, tout à perdre. Sur le ¼ c’est différent. Ericka Kirpu l’avait battue à Budapest. Dans ce contexte cette défaite pouvait laisser des traces. D’ailleurs c’est un match tout en tension nerveuse qui a lieu. Mais Kirpu est jeune et elle reste en dedans alors que Laura arrive à se lâcher sur la fin. Sur le dernier coup je suis serein (match en 15 touches et égalité à 14-14, NDLR). La demie contre Samuelsson, c’est encore autre chose. La suédoise est gauchère, grande. Ce sont des caractéristiques difficiles à dominer. Et ce n’était pas gagné. Mais Laura était dans son élément. Sur ce match il ne pouvait plus rien lui arriver." Eric Srecki, Directeur Technique National : « A 14 partout contre Kirpu, c’était effectivement un peu chaud ! Mais la leçon de ce tournoi, où nous participions pour la première fois, c’est que tout s’est joué au mental. Au psychologique. Sur le dernier match c’est frappant : la suédoise se délite alors que le début de match de Laura n’est pas forcément juste. La clef de cette qualification c’est le mental. Et puis une fille de cette trempe ne méritait pas de finir dans une patinoire à Bratislava. Elle a fait 5 médailles olympiques en 4 JO ! Maintenant il va falloir digérer cela et se remettre à se préparer pour dans trois mois. Notre sélection olympique est maintenant complète. Et notre objectif global serait sur trois médailles dont une d’or. Mais Jeux olympiques et Championnats du monde ce n’est pas du tout pareil. Aux JO, les matches sont plus denses, c’est très engagé. » Laura Flessel-Colovic : “Pour moi, ici c’était comme une première fois. C’était la première fois que je passais par les qualifications de zone. J’ai beaucoup observé ce qui s’est fait et ce qui s’est vécu dans d’autres zones et sur d’autres qualifs de ce type. Et j’ai conclu que ça se jouerait sur la folie. En fait, j’avais deux mots en tête : plaisir et baston. Si c’était la dernière fois il fallait que je n’ai pas de regrets. C’est pourquoi, je n’ai pas regardé le tableau. Je ne me suis occupé de personne si ce n’est de moi. Je voulais rester proche de mon jeu, de mon escrime. Malgré l’enjeu, je me sentais bien. Ma bulle a bien fonctionné. Mais auparavant j’ai mis toutes les chances de mon côté. On a fait un stage à Argelès sur mer très poussé, où on s’est mis en situation. Et là, arrivée au dernier match, celui qui devait m’envoyer à Londres, je perds contre Maureen. J’ai réfléchi à cela. J’ai repensé que dans la saison j’avais perdu contre Kirpu et Samuelsson et j’ai basculé sur autre chose. J’ai intégré que ça avait été un accident. Pour ces Jeux, j’avais, on avait, une ambition collective qui n’a pas pu se concrétiser. Alors pour les filles, pour les gens autour de moi, je ne vais rien lâcher. Je vais m’atteler à finir comme il faut. Comme j’ai commencé. J’ai mon ticket olympique c’est le principal. Et je suis fière de cela. Porte drapeau ou pas, c’est la fierté d’aller à Londres qui m’habite. Si je le porte, ça fera plaisir. Mais là, pour l’instant, c’est mes proches que je veux remercier. Pour préparer ce rendez-vous de Bratislava j’ai tout donné. Et dans ces cas-là on est exécrable… »

ACTUALITES

Escrime

BRATISLAVA (3/3) FLESSEL SUPER STAR

De nos envoyés spéciaux / Texte: Jacques Cortie / Photo: Cédric Poulmaire

Laura Flessel-Colovic est allée chercher, hier, dans une patinoire de la banlieue de Bratislava sa qualification pour les JO. Un pur exploit qui enrichit le sport français d’une nouvelle histoire hors norme, celle d’une sportive qui va participer à ses cinquièmes Jeux!

Quand Emma Samuelsson retire son casque à 19h47 hier samedi il n’y a même pas de rage sur son visage. Sa demi-finale contre Laura Flessel elle l’a perdue depuis de longues minutes. En s’inclinant 15-6 la suédoise, vainqueur de Flessel à St Maur, a très vite explosé devant l’enthousiasme et la rage de vaincre de son adversaire française. Il fallait trois victoires à Flessel pour décrocher son ticket londonien. Exemptée de tour de poules (ainsi que la hongroise Emese Szasz) grâce à son statut de tête de série Flessel a tiré à (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter