SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2014-06-12 00:00:00
    • CÉCILIA BERDER, INSTINCT DE «ROCK STAR»
    • Escrime
    • voir
    • ESCRIME. Trêve d'individualisme, place au collectif ! Les championnats d'Europe d'escrime ont basculé dans les épreuves par équipes. A Strasbourg, jeudi, après leurs deux médailles en solo, les épéistes ont flanché dès leur entrée en lice. Vendredi, l'histoire ne peut être que différente pour les sabreuses. Non récompensées individuellement, elles ont faim de succès. Arme en berne ces dernières saisons, le sabre revit en 2014. Lauréate de la première épreuve de Coupe du monde de sa carrière cette saison, Céciliar veut aborder la compétition en «tueuse». Rien de plus normal pour une fille capable «de mourir sur la piste» pour ses copines. Rencontre. (3152 signes) Mais quel diable s'est emparé de Cécilia Berder pour débarquer ce jeudi au Rhénus Sport vêtue d'un maillot de la sélection américaine de football ? «C'est bleu, blanc et rouge, et puis l'équipementier est le même que celui de l'escrime française, alors ça ne pose pas de problème», en rigole cette mordue de football. «J'aurais dû faire un sport collectif, ça me correspond vraiment.» Question altruisme, la tireuse bretonne de 24 ans licenciée à Orléans va être servie ce vendredi. Quatre jours après le zéro pointé des quatre filles du sabre dans l'épreuve individuelle, il est temps de faire cause commune pour la nation. «J'ai très vite fait la bascule par l'entraînement pour évacuer la déception. Suer, c'est la meilleure façon d'oublier et de se projeter sur le lendemain. L'équipe, c'est grandiose. Ce que j'aime dans le collectif, c'est la cohésion, le supplément d'âme qu'on obtient en alliant quatre caractères différents. Par équipes, t'as beau mener de 11 touches, comme l'ont fait les épéistes hommes contre l'Espagne, et bien c'est pas gagné (NDLR : preuve à l'appui, les Français ayant finalement perdu) ! Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Ce qui compte, c'est avoir un esprit de tueuse. C'est qui me fait aimer ce que je fais. Un peu comme une rock star quand elle déboule sur scène. Il faut être prêt à laisser ses chevilles dans l'assaut. A mourir, même, pour les copines !» Dernier podium par équipes vieux de quatre ans L'alchimie, c'est tout ce qui manque à l'équipe de France de sabre, en regain de forme cette saison. Berder a remporté sa première victoire en Coupe du monde à Antalya (Turquie). Charlotte Lembach, l'Alsacienne de 26 ans, a elle décroché trois podiums. Restent la fraîcheur, l'explosivité et la jeunesse de Manon Brunet (18 ans) et Saoussen Boudiaf (20 ans) pour semer le trouble dans la hiérarchie européenne du sabre. Dans laquelle, disons le clairement, la France, 8e pays mondial, 5e continental, ne fait pas encore figure de référence. «On a chacune passé un cap, et si on doit le franchir par équipes, autant que ce soit à la maison !» clame Berder. Histoire de ne plus creuser dans sa mémoire pour aller chercher le dernier podium international de cette arme. «C'était en 2010 aux Mondiaux à Paris, du bronze, et ça commence à dater», soupire la Bretonne, déjà en Bleu à l'époque. «Notre livre est prêt, il n'y a qu'à en écrire le premier chapitre», claironne-t-elle. A la plûme ? Facile Mais à la pointe du sabre ? Ch.L.

ACTUALITES

Escrime

CÉCILIA BERDER, INSTINCT DE «ROCK STAR»

Texte et photo : Christophe Lemaire, envoyé spécial à Strasbourg (Bas-Rhin)

ESCRIME. Trêve d'individualisme, place au collectif ! Les championnats d'Europe d'escrime ont basculé dans les épreuves par équipes. A Strasbourg, jeudi, après leurs deux médailles en solo, les épéistes ont flanché dès leur entrée en lice. Vendredi, l'histoire ne peut être que différente pour les sabreuses. Non récompensées individuellement, elles ont faim de succès. Arme en berne ces dernières saisons, le sabre revit en 2014. Lauréate de la première épreuve de Coupe du monde de sa carrière cette saison, Céciliar veut aborder la compétition en «tueuse». Rien de plus normal pour une fille capable «de mourir sur la piste» pour ses copines. Rencontre. (3152 signes)

Mais quel diable s'est emparé de Cécilia Berder pour débarquer ce jeudi au Rhénus Sport vêtue d'un maillot de la sélection (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter