SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2014-06-16 00:00:00
    • LE BILAN DE CHRISTIAN PEETERS, DTN DE L'ESCRIME FRANÇAISE
    • Escrime
    • voir
    • ESCRIME. Avec 4 médailles sur 7, les escrimeuses ont largement contribué au bilan français à l'occasion des championnats d'Europe d'escrime qui se sont conclus samedi à Strasbourg. Aux médaille d'argent et de bronze remportées en individuel par les épéistes Marie-Florence Candassamy et Joséphine Jacques-André-Coquin, se sont ajoutées en fin de semaine l'argent par équipe des sabreuses et des fleurettistes. Rencontré samedi, le Directeur technique national (DTN) de la Fédération française d'escrime, Christian Peeters, dresse le bilan de la gent féminine en Alsace et confie ses espoirs à l'approche des JO de Rio de Janeiro. Sans masque, l'homme, 60 ans, est confiant sur le renouveau en cours. (5020 signes) Quelle conclusion faut-il tirer de cet Euro ? Christian Peeters : Je suis satisfait. Nous envisagions quatre médailles pour un titre. Nous avons obtenu sept médailles dont ce titre (Ndlr : pour l'équipe masculine de fleuret). Le bilan est donc très bon sur l'ensemble des armes. Toutes sont capables d'aller chercher des titres, elles l'ont prouvé. Il n'y a pas de raison que cela ne se reproduise pas. Il y a une bonne ambiance dans le groupe, un corps et un engagement communs. Quelle sera votre ambition lors des championnats du monde de Kazan (Russie) du 16 au 23 juillet ? Nous viserons quatre médailles. Mais je ne vous dit pas qu'on obtiendra un titre. Tout est possible. Il est important de réalises de bonnes épreuves individuelles comme ici à Strasbourg. Passons aux femmes. Sur les sept médailles, quatre sont à mettre à leur actif ? Je suis agréablement surpris par la jolie compétition des filles. Ou plutôt, ça concrétise vraiment les performances obtenues ces derniers mois sur le circuit en Coupe du monde et en Grand Prix. J'ai de réels espoirs et une profonde attention sur cette partie de mon travail. Envisagez-vous justement dans votre mission une approche différente avec la gent féminine ? Non seulement je le fais, mais c'est absolument nécessaire. C’est bien plus intéressant d’entraîner des filles. Jusqu’en 2004, j’entraînais les garçons au sabre. J’aurais pu postuler pour prendre en main les filles. Elles sont totalement différentes. Il faut les aimer, avoir avec elles un côté affectif, paternel ou fraternel. Ce n’est pas uniquement à la baguette comme avec les gars. Il faut trouver le bon dosage, le savant mélange pour tirer le meilleur d’elles. C'est un travail passionnant et qui porte ses fruits lors de cet Euro. Passons arme par arme, en commençant par l'épée... Dans un groupe, la dynamique est importante. Grâce à leur deux médailles en individuel, Marie-Florence et Joséphine ont ouvert la voie. Je sais, et leurs entraîneurs également, qu'elles en étaient capables. Il manquait ce déclic. La petite Candassamy, par exemple, n'avait pas fait grand-chose jusqu'à un podium en Chine quelques jours avant le début de l'Euro. La voila en finale. Je ne fait pas de souci pour elles. A Rio, je vois bien l'une d'elles sur le podium. C'est notre objectif parce qu'il y a un vrai talent qui se dégage de cette équipe. Même si l'épreuve par équipes ne s'est pas déroulée comme prévu... Cela ne m'a pas surpris. Les quatre filles du groupe ont un très gros potentiel. Mais aucune ne sort encore du lot mentalement pour pouvoir s'ériger en leader naturelle, comme Laura Flessel en son temps. Mais cela va venir. A Rio, l'épée sera l'un de nos plus gros atouts. Le fleuret repart avec une médaille de bronze par équipes. Pas forcément le métal espéré ? Non, c'est évident. Elles sont habituées à disputer des finales comme l'an passé aux mondiaux où elles avaient obtenu l'argent. Je crois que les fleurettistes subissent le contrecoup de l'annonce du CIO faite récemment. Elles ont appris qu'il n'y aurait pas d'épreuve par équipes à Rio de Janeiro. Elles ne seront donc que deux au maximum aux Jeux. C'est très dur à vivre et à accepter. Les résultats s'en ressentent. Le sabre a lui agréablement surpris... Il faut saluer le travail réalisé par le staff. Les filles ont pris conscience de leur potentiel et ont réalisé une superbe saison. La finale, et la médaille d'argent obtenue par équipes, qui vaut presque de l'or tant elles n'en étaient pas loin, sont la preuve qu'elles peuvent le faire. Une équipe est née à Strasbourg. Je pense que Charlotte Lembach, à domicile, a pris une nouvelle dimension et qu'elle est appelée à prendre les rênes du quatuor. La petite Manon Brunet, quart de finaliste en individuel à seulement 18 ans, pousse aussi. C'est très encourageant. La sélection strasbourgeoise ressemble-t-elle déjà dans votre esprit à celle qui partira à Rio dans deux ans ? On commence à s'en approcher. Aux deux tiers, je pense qu'on avait l'essentiel de nos sélectionnées. Des révélations ne sont pas à exclure d'ici aux Jeux. Mais nos groupes sont solides. Le processus de qualification débute dès 2015. On est déjà en marche. Quel sera votre objectif au Brésil ? Nous y visons 2 titres. Et pour les femmes ? Il nous en faut un. Sur ce point, je suis très optimiste. Propos recueillis par Ch.L.

ACTUALITES

Escrime

LE BILAN DE CHRISTIAN PEETERS, DTN DE L'ESCRIME FRANÇAISE

Interview et photo : Christophe Lemaire, envoyé spécial à Strasbourg (Bas-Rhin)

ESCRIME. Avec 4 médailles sur 7, les escrimeuses ont largement contribué au bilan français à l'occasion des championnats d'Europe d'escrime qui se sont conclus samedi à Strasbourg. Aux médaille d'argent et de bronze remportées en individuel par les épéistes Marie-Florence Candassamy et Joséphine Jacques-André-Coquin, se sont ajoutées en fin de semaine l'argent par équipe des sabreuses et des fleurettistes. Rencontré samedi, le Directeur technique national (DTN) de la Fédération française d'escrime, Christian Peeters, dresse le bilan de la gent féminine en Alsace et confie ses espoirs à l'approche des JO de Rio de Janeiro. Sans masque, l'homme, 60 ans, est confiant sur le renouveau en cours. (5020 signes)

Quelle conclusion faut-il tirer de cet Euro ?
Christian Peeters : Je suis satisfait. Nous (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter