SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2015-03-20 00:00:00
    • LES BLEUES AVEC LE CŒUR
    • Handball
    • voir
    • HANDBALL. La Golden League a offert au public bourguignon une soirée forte en émotions. La Pologne a d'abord dompté la Norvège avant que le match vedette de la soirée entre Françaises et Danoises ne tourne à l'avantage des joueuses d'Alain Portes (24-23). Un match intense et très engagé qui ne s'est jamais décanté mais que les Bleues ont arraché avec une volonté remarquable. (5098 signes) Le premier rendez-vous du troisième et dernier chapitre de la Golden League 2014-2015 a subjugué le public venu en nombre au Palais des Sports de Dijon (3800 spectateurs pour une capacité maximum de 4000). Après une victoire toute à l'énergie des Polonaises face à la Norvège (27-26), les Bleues, revues et corrigées par le coach Alain Portes en place depuis la saison dernière seulement, ont souffert, failli craquer, puis trouvé le chemin de la victoire. Il fallait mettre les ingrédients pour prétendre à la victoire et c'est ce que les handballeuses tricolores ont su faire. Un drôle de scénario, géré avec les tripes et la gnaque par une équipe où anciennes et nouvelles semblent commencer à écrire une page qui peut les mener loin. Avant-match, Alain Portes ne faisait pas mystère des qualités de son équipe et en creux de ses limites : «Quelles sont les forces de l'équipe de France aujourd'hui ? interrogeait-il. Sa défense et son collectif dans toutes les phases de jeu, avec encore une marge de progrès. Il faudra toutefois faire preuve de plus d'adresse, dans tout ce qui concerne la qualité des passes et des réceptions de balle, ainsi que dans l'efficacité au tir. Les joueuses doivent aussi devenir plus puissantes et plus endurantes.» Au bout d'un combat qui a livré son verdict à la toute dernière seconde, le sélectionneur français analysait dans la même lignée la performance de son escouade : «Quand on gagne comme ce soir, c'est-à-dire ensemble, c'est tout le monde qui marque des points.» Car Portes ne dévie pas de sa façon de faire : «J'aime lancer des jeunes, car elles ont des qualités et il ne faut surtout pas tarder. La victoire de ce soir (24-23 pour 14-15 à la mi-temps) est très intéressante car elle va donner confiance aux jeunes, mais aussi aux anciennes qui ont accepté de changer certains principes.» Edwige et Leynaud ont tout changé Il y a donc au rayon des satisfactions la première sélection de Chloé Bulleux. Il y a aussi l'explosion de Manon Houette : «J'espère que ce sera le déclic pour elle», remarquait Portes en zone mixte. Et il y a aussi et bien sûr le comportement des anciennes. Nina Kanto remarquait à l'issue du match : «On a eu une vraie force collective. On n'a pas lâché alors qu'on aurait pu péter un câble…» Car rien n'a été simple. Les Danoises ont fait le trou instantanément, menant de 3 unités (2-5) dès la 5e minute, puis déroulant leur jeu solide et sans faille dans lequel se sont illustrés deux pivots de grande taille. Sans parler de ce poison de Norgaard qui a planté 8 buts (80 % de réussite), meilleure réalisatrice de la soirée. Le Danemark a donc mené la majeure partie du match, ne cédant les rênes au score que dans les 6 ou 7 dernières minutes. Pour expliquer cette constance à ne pas lâcher et à trouver les ressources pour passer devant, il y a l'analyse morale de Kanto (voir plus haut). Il y a les mots d'Alain Portes aussi : «Les rentrées de Béatrice Edwige et Amandine Leynaud en 2e mi-temps ont changé la face du match.» Surtout l'entrée de la gardienne, qui a succédé à une Cléopâtre Darleux scotchée à un pauvre 16 % de réussite lors du premier acte (3 arrêts sur 18 tirs adverses). Amandine Leynaud s'est, elle, baladée, face aux Danoises : 47 % de présence face aux attaquantes nordiques (8 arrêts sur 17 tirs). Une Amandine Leynaud qui en appelait aussi au groupe lors de son passage souriant en zone mixte : «On a livré un vrai combat. C'était très physique. C'était dur car on est en plein milieu de saison et il n'était pas évident de tenir physiquement…» Elles l'ont fait. Et elles savent que c'est un bon cap de franchi. «On aime s'étalonner contre cette équipe», glissait encore Portes. La suite de la Golden League donnera encore à tout ce beau monde l'occasion de confirmer cette folle volonté qui a uni anciennes et modernes vers une victoire tout au mental. J.C. Prochains matchs de la Golden League : - samedi 21 mars (à Besançon) : Norvège – Danemark et France – Pologne - dimanche 22 mars (à Besançon) : Danemark – Pologne et France – Norvège Feuille de match : France – Danemark 24-23 (14-15) France : Leynaud (8 arrêts sur 17 tirs), Darleux (3 arrêts sur 18 tirs), Kanto (3 buts pour 4 tirs), Ayglon (0/2), Pineau (3/6), Landré (1/2), Prouvensier (1/3), Houette (3/4), Dembélé (2/3), Bulleux (1/2), Lévêque (1/1), François (1/3), Edwige (0/0), Niombla (3/6), Lacrabère (5/8). Entraîneur : Alain Portes. Danemark : Toft (4 arrêts sur 17 tirs), Poulsen (5 arrêts sur 16 tirs), Kviesgaard (0 tir), Thorsgaard (3 buts pour 3 tirs), Pedersen (1/3), A.-M. Hansen (0/2), Nielsen (3/3), Grigel (1/1), Kyndboel (0/1), L. Jörgensen (0/4), Kristiansen (1/4), Norgaard (8/10), J. Hansen (2/4), S. Jörgensen (4/5). Entraîneur : Heine Eriksen.

ACTUALITES

Handball

LES BLEUES AVEC LE CŒUR

Texte : Jacques Cortie, envoyé spécial à Dijon (Côte-d'Or). Photo : © Sportiva-infos.

HANDBALL. La Golden League a offert au public bourguignon une soirée forte en émotions. La Pologne a d'abord dompté la Norvège avant que le match vedette de la soirée entre Françaises et Danoises ne tourne à l'avantage des joueuses d'Alain Portes (24-23). Un match intense et très engagé qui ne s'est jamais décanté mais que les Bleues ont arraché avec une volonté remarquable. (5098 signes)

Le premier rendez-vous du troisième et dernier chapitre de la Golden League 2014-2015 a subjugué le public venu en nombre au Palais des Sports de Dijon (3800 spectateurs pour une capacité maximum de 4000). Après une victoire toute à l'énergie des Polonaises face à la Norvège (27-26), les Bleues, revues et corrigées par le coach Alain Portes en place depuis la saison dernière seulement, ont souffert, failli craquer (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter