SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2015-04-09 00:00:00
    • LAURE BOULLEAU ATTENDRA ENCORE UN PEU…
    • Football
    • voir
    • FOOTBALL. Ce jeudi matin, jour de match pour l'équipe de France face au Canada, Laure Boulleau, joueuse du PSG, comparaissait devant le collège de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) suite aux 3 «no-shows» qui lui avaient été notifiés. La défenseure des Bleues, qui encourt une suspension longue, s'est présentée en compagnie de son avocat, qui a demandé la relaxe. L'AFLD a décidé de mettre l'affaire en délibéré. Compte-rendu de l'audience, explications et déclaration in-extenso de l'avocat de Laure Boulleau à la sortie de la comparution. (8142 signes) Le siège de l'Agence française antidopage est situé dans les beaux quartiers parisiens, au 17 de la place Bainville, tout au bord du Boulevard Saint-Germain et, ce jeudi matin, il régnait, aux abords de l'immeuble, une ambiance printanière et décontractée avant la comparution publique de la joueuse du PSG et de l'équipe de France, prévue à 9h45. Reçue avec son avocat, Me Gramblat, avant que la presse et quelques personnes du public ne puissent entrer, Laure Boulleau, était arrivée auparavant souriante et à l'aise, avec son ami et leur petit chien. Les trois manquements L'ambiance changeait radicalement à l'intérieur de l'édifice cossu de l'organisme public de lutte contre le dopage. Le président du collège (composé de 8 autres membres), Guy Joly, passait rapidement la parole au rapporteur qui rappelait de façon mécanique et circonstanciée les faits reprochés à la footballeuse, mais aussi l'historique la concernant. Il reprécisait ainsi que Laure Boulleau (28 ans, 56 sélections) avait été informée, en février 2012, de son inscription dans le groupe cible des sportifs soumis aux obligations de localisation pour permettre tout contrôle inopiné. Une inscription renouvelée pour chacune des années suivantes et toujours valide en 2015. Son exposé redonnait les dates des fameux «no-shows», qualifiés selon la terminologie de l'agence de «manquements». Des manquements notifiés à la joueuse et qui sont les suivants : en mars 2013 (le 29), un contrôle inopiné de la joueuse ne peut avoir lieu (digicode erroné, appels téléphoniques sans réponse) ; en février 2014 (le25), la contrôleuse de l'Agence, à nouveau, ne peut localiser Boulleau à son domicile ; enfin, le 10 juin 2014, une troisième tentative de contrôle inopiné ne peut aboutir puisque la footballeuse se trouve en Guyane avec l'équipe de France. Mais, en l'occurrence, le reproche de l'Agence concerne le non renseignement du système de localisation ADAMS, que chaque sportif doit actualiser. L'avocat contre-attaque En l'état, les charges contre Boulleau restent entières. Son avocat, Me Alexis Gramblat (photo ci-dessous), entame alors une charge contre l'Agence et son manque de sérieux notamment concernant ses propres règles de fonctionnement. L'angle de contestation du juriste concerne les failles dans la formation des deux contrôleuses impliquées dans les contrôles inopinées : elles n'ont pas, selon les documents disponibles, suivi à la lettre des règlements de l'AFLD, les actes de formation et d'officialisation de leur mission. Un point de droit qui permet à l'avocat de réclamer la nullité des constats et la relaxe de sa cliente. Il assortit son argumentaire de deux autres aspects. L'un concerne la difficulté des obligations faites aux sportifs par le système «Adams» et l'AFLD : « Les sportifs ne sont pas des gens normaux. Les obligations sont extrêmement exigeantes et, en général, opposées au mode de fonctionnement des sportifs. Effectivement, poursuit-il, remplir un planning n'est pas si compliqué, mais les sportifs sont différents. Ils gèrent mal ce genre de tâches administratives. Je rappelle ajoute-t-il, que, pas loin d'ici (à l'Assemblée nationale, NDLR), certains souffrent de phobie administrative… » L'autre concerne le fait que l'Agence n'a pas saisi son service juridique, pour asseoir son accusation. Il demande en conséquence à l'Agence «de reconnaître ses erreurs et ses failles et de relaxer Melle BoulleauCe que l'on apprend sur le PSG et l'équipe de France Le président Joly, forcément piqué par le dézingage en règle de l'institution de lutte contre le dopage et de son fonctionnement de la part de l'avocat, reprend la parole pour résumer de manière ironique les propos de l'avocat : «Si j'ai bien compris, Maître, vous pensez la même chose de l'Agence que Zlatan de la France ! Je vous rappelle néanmoins que parmi les membres de l'Agence se trouvent d'anciens sportifs de haut niveau, faisant anciennement partie du groupe cible, et que les difficultés des sportifs à gérer ou se situer vis-à-vis de leurs obligations font partie des éléments que nous prenons en considération.» Il invite alors Laure Boulleau à s'exprimer : «C'est compliqué tout cela mademoiselle, je sais, mais si vous souhaitez vous exprimer, ajouter quelque chose…» «Je suis entièrement pour la lutte contre le dopage, précise Laure Boulleau. Mes erreurs, je les regrette et les assume. Je ne suis en guerre contre personne, je suis juste passionnée par mon sport. Je suis là pour que l'on travaille tous dans le même sens… J'avais un manque de prise de conscience. Maintenant je me fais aider pour remplir le planning » Un membre du collège demande alors à la joueuse si, sur ces problèmes, le PSG aussi bien que l'équipe de France sensibilisent les joueuses : «Non, répond-elle, franchement. Son avocat intervient aussitôt pour signaler que, maintenant, « ces problématiques sont prises en compte par les encadrements…» Le président July acte la fin de l'audience par une adresse à l'avocat de Laure Boulleau : «Le meilleur moyen de convaincre, c'est de séduire. Nous vous dirons dans trois ou quatre semaines si votre défense a séduit…» J.C. Verbatim Déclaration de Maître Alexis Gramblat à la sortie de l'audience : «Ce qu'on a expliqué, c'est que, certes, il y avait peut-être des manquements de la part de Laure Boulleau, mais elle a le droit à une procédure régulière notamment au regard de toutes les obligations qui pèsent sur elle, qui sont extrêmement exigeantes. Elle a le droit que les choses soient faites correctement et dans la légalité du côté de l'AFLD. Il y a deux séries d'arguments. Un premier, purement légal, procédural, pénal. L'AFLD a adouci la règle en ce qui concerne la prise en compte des manquements. Ce ne sont plus trois manquements sur une durée de dix-huit mois qui sont sanctionnables mais à présent trois manquements sur une durée de douze mois. C'est donc moins dur pour les sportifs. Nous considérons que cette règle pénale, plus douce, est d'application immédiate au cas de Laure Boulleau. Ses trois manquements, s'ils s'avèrent être des manquements et nous ne le pensons pas, étaient espacés de quinze mois. Il n'y a donc pas d'infraction constituée dans son cas. Le deuxième série d'arguments touche au fonctionnement de l'AFLD. Premièrement, elle devait avoir une garantie procédurale avant qu'un avertissement lui soit infligé. Hors, aucun avis de droit de la section juridique n'a été donné. Il ne figure pas dans le dossier. De manière plus importante et je dirais plus inquiétante pour l'AFLD, pour les contrôles antidopage qui ont lieu en ce moment, deux dossiers d'agrément des préleveurs sont loin d'être complets. Les dossiers d'agrément montrent que ces derniers n'ont pas suivi la formation initiale et n'auraient donc pas dû avoir un agrément en tant que préleveur de sorte que tous leurs actes sont nuls. Il en découle que les avertissements infligés à Mademoiselle Boulleau sont nuls également... Quand on est intransigeant, il faut l'être avec soi-même. Je ne doute pas que l'AFLD jugera en droit. Ce n'est pas une situation agréable pour ma cliente. Cela dure depuis assez longtemps. Mais elle est confiante. La plupart des sportifs n'ont pas d'assistants, ils se retrouvent donc souvent seuls face à ces obligations administratives qu'ils ont souvent du mal à remplir. En face d'eux, ils ont une institution intransigeante. Si seulement on admettait des excuses de bonne foi, comme celles de Laure Boulleau qui dispose d'une attestation de l'équipe de France pour le 3e contrôle... Quand on ne nous entend pas sur la bonne foi, on se met à faire du droit.»

ACTUALITES

Football

LAURE BOULLEAU ATTENDRA ENCORE UN PEU…

Texte : Jacques Cortie / Photos : Christophe Lemaire / Sportiva-infos

FOOTBALL. Ce jeudi matin, jour de match pour l'équipe de France face au Canada, Laure Boulleau, joueuse du PSG, comparaissait devant le collège de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) suite aux 3 «no-shows» qui lui avaient été notifiés. La défenseure des Bleues, qui encourt une suspension longue, s'est présentée en compagnie de son avocat, qui a demandé la relaxe. L'AFLD a décidé de mettre l'affaire en délibéré. Compte-rendu de l'audience, explications et déclaration in-extenso de l'avocat de Laure Boulleau à la sortie de la comparution. (8142 signes)

Le siège de l'Agence française antidopage est situé dans les beaux quartiers parisiens, au 17 de la place Bainville, tout au bord du Boulevard Saint-Germain et, ce jeudi matin, il régnait, aux abords de l'immeuble, une ambiance (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. CE CHILI QUI DÉFIE LES BLEUES

  2. LE PSG N'A PAS FAIT LES CHOSES À MOITIÉ

  3. 1/2 finale de Champions League : l’OL, oui mais…

  4. LA D1 REPART DE PLUS BELLES (2/2)

  5. LA D1 REPART DE PLUS BELLES (1/2)

  6. LA COURSE À LA MÉDAILLE

  7. CÉLIA SASIC, LE BUT POUR OBSESSION

  8. LES AGENTS ENFIN TITULAIRES

  9. BILAN D'UNE COUPE DU MONDE

  10. ENCORE UNE HISTOIRE DE PENALTY

  11. USA vs. ALLEMAGNE, LA GUERRE DES ÉTOILES

  12. LES BLEUES A LA MAISON, BILAN D'UNE COUPE DU MONDE ET PERSPECTIVES

  13. LA TERRIBLE DÉSILLUSION

  14. ALLEMAGNE – FRANCE, UN MATCH POUR L'HISTOIRE

  15. LES BLEUES AU QUART DE TOUR

  16. GARE À LA CORÉE !

  17. LES FRANÇAIS ET LE FOOTBALL FÉMININ

  18. LE RÉVEIL BLEU

  19. SHIRLEY CRUZ, PASSIONNÉMENT COSTA RICA

  20. ATTENTION : LES MEXICAINES SONT DÉTERMINÉES...

  21. LE CALVAIRE COLOMBIEN

  22. DEVENIR INTRAITABLE

  23. SHÉDIAC, LE REPOS DES GUERRIÈRES

  24. UNE BONNE CHOSE DE FAITE

  25. DÉJÀ PRIMORDIAL

  26. «C'EST LE MOMENT OU JAMAIS»

  27. COUPE DU MONDE DE FOOT : 23 BLEUES AU CRIBLE (3/3)

  28. COUPE DU MONDE DE FOOT : 23 BLEUES AU CRIBLE (2/3)

  29. COUPE DU MONDE DE FOOT : 23 BLEUES AU CRIBLE (1/3)

  30. BON TRIP LA FRANCE !

  31. DÉSAMOUR ENTRE LE PSG FÉMININ ET SES ULTRAS

  32. LES BLEUES ASSURENT. MAIS SANS PLUS...

  33. LA COUPE DU MONDE 2019 EN FRANCE !

  34. SARAH BOUHADDI : «MAINTENANT, JE VIS AU JOUR LE JOUR»

  35. LA FIFA SUR TOUS LES FRONTS

  36. CAP SUR LE MONDIAL 2019

  37. QUAND TOM HANKS ATTAQUE LA FIFA POUR DÉFENDRE LE FOOTBALL FÉMININ

  38. PATRICE LAIR : « LE FOOT, UN DRÔLE DE MILIEU ! »

  39. LE JOUR DE GLOIRE DE HELENA COSTA ET AMEL MAJRI

  40. QUAND LE PSG ATOMISE HÉNIN-BEAUMONT

  41. BLEUES : LE MONDIAL EN LIGNE DE MIRE ET PAS SEULEMENT

  42. SONIA BOMPASTOR (2/2): COEUR BLEU

  43. SONIA BOMPASTOR (1/2) : PASSION TOTALE

  44. L’OL TOUJOURS AUSSI AFFÛTÉ

  45. DES BLEUES AMBITIEUSES MAIS JAMAIS TITRÉES…

  46. VALÉRIE FOURNEYRON ET LE FOOT FÉMININ: L'INTERVIEW SPORTIVA

  47. LIGUE DES CHAMPIONS : LYON S'EN MORD LES DOIGTS

  48. ET PENDANT CE TEMPS, ISSY ET YZEURE FAISAIENT MATCH NUL...

  49. BYE BYE PARIS, HELLO JO!

  50. LES BLEUES AU RÉGIME JOCKEY

  51. JUVISY, LA QUARANTAINE FLORISSANTE

  52. LYON, L'HISTORIQUE TRIPTYQUE

  53. JUVISY CRÈVE L’ÉCRAN

  54. LYON TOUT PUISSANT ?

  55. HODA LATTAF, LE FOOT À L’ÉTAT PUR

  56. LES BLEUES SUR TOUS LES FRONTS

  57. LA SAISON ITINÉRANTE DU PSG

Facebook Twitter