SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2015-07-13 00:00:00
    • PASSATION DE POUVOIR ENTRE GAYOT ET GUEÏ
    • Athlétisme
    • voir
    • ATHLÉTISME. Avant les mondiaux de Pékin (22 au 30 août), les athlètes se sont retrouvées aux championnats de France élite à Villeneuve d'Ascq. Les minimas déjà en poche, Marie Gayot et Floria Gueï étaient très attendues par les spécialistes sur le tour de piste. Le duel a tenu toutes ses promesses. (5613 signes avec la liste des championnes de France 2015) L'opposition la plus attendue de ces «France» était certainement le 400 m plat, où l'on prévoyait déjà une passation de pouvoir. L'internationale Marie Gayot (Entente Familiale du Stade de Reims), championne de France en titre, avait raison quand elle annonçait que la finale serait plus relevée que la saison dernière. Les minimas pour les mondiaux de Pékin déjà en poche, les deux favorites, Marie Gayot et Floria Gueï (Entente Sud Lyonnais), qui avaient battu leur record respectif la semaine dernière, ont commencé à distance leur duel sur le tour de piste. En l'emportant aisément en 51"37 en série, Floria Gueï envoyait un message fort à sa camarade en équipe de France, puisqu'elle terminait 2 centièmes en-dessous du record personnel de la Rémoise. «J'ai couru comme si c'était les séries des championnats du monde, je n'avais jamais été si vite en série aux France, souffle la Lyonnaise, qui s'était révélée l'année dernière à la faveur d'une dernière ligne droite d'anthologie lors du 4x400 m doré des championnats d'Europe. Je me suis appliquée à mettre en place mon schéma de course.» Marie Gayot n'a pas été déstabilisée pour autant. Victorieuse en 51"73 dans sa série, elle a géré sa course : «Je n'ai regardé que par morceaux la première série, je suis restée concentrée dans ma préparation. J'ai donné le meilleur de moi-même dans ma série, je ne suis pas partie très vite à cause du vent dans la ligne droite opposée.» La passe de 4 pour Floria Gueï En finale, Floria Gueï, couloir n°4, est rapidement revenue sur Marie Gayot, couloir n°5 et donc en ligne de mire. «Je ne sais pas si j'ai fait un bon départ où si elle est partie moins vite», analyse la première nommée. La Rémoise a alors accéléré à 130 mètres de l'arrivée pour rejoindre sa rivale. «J'aurais dû le faire plus tôt, aux 200 m... j'avais du jus mais je m'en suis rendue compte trop tard», regrette après coup Gayot. Les chronos sont une fois de plus descendus. 51"06 pour Floria Gueï, la nouvelle championne de France, qui améliore son record de trois centièmes et dépoussière le record des championnats de France, vieux de 14 longues années. Forcément déçue de perdre son titre, Marie Gayot peut être satisfaite de son nouveau record, 51"27 contre 51"39 auparavant. Il n'y a pas eu d'accolade pour autant entre les deux meilleures françaises. Ces deux-là ne semblent pas vraiment amies. Malgré tout, leur rivalité suscite une émulation positive. «Ça me pousse d'avoir des filles devant et derrière moi, il y a deux ans je n'étais pas comme ça», commente Marie Gayot. «Le duel, c'est un peu les médias qui le créent», ajoute-t-elle amusée. Troisième, la Lyonnaise Estelle Perrossier bat elle aussi son meilleur temps (52"27). Ces performances sont de bon augure pour le relais 4x400 m, champion d'Europe en plein air et en salle, qui aura ses chances de médaille à Pékin. En Chine, il y aura aussi l'individuel. La prochaine étape pour les deux spécialistes du tour de piste est donc logique : descendre sous la barre des 51 secondes pour rivaliser avec Américaines et Jamaïcaines. «Ce n'est pas psychologique, assure Gueï, meilleure Européenne de la saison. Déjà aujourd'hui je ne pensais pas faire mon record car c'est toujours plus compliquer de se lâcher sur les championnats de France. Cela va venir...» Même son de cloche chez sa rivale : «Il y a quelques courses, je n'avais pas encore cet objectif mais après ce 400 m, c'est clair que je vise moins de 51 secondes. Il faudra descendre sous ce temps pour aller en finale aux championnats du monde.» Demi-finalistes en 2013 à Moscou, les deux Françaises doivent savoir que la 8e et dernière qualifiée pour la finale planétaire avait couru sa demi-finale en 50"48 et que les six meilleurs temps avaient cassé la barre des 50 secondes... Il reste donc du travail pour espérer succéder à Marie-José Pérec, dernière finaliste française aux mondiaux sur le tour de piste il y a 20 ans. A Göteborg, entre trois titres olympiques, celui de Barcelone et le doublé 200-400 d'Atlanta, la star avait remporté l'or... A.B. Les championnes de France : 100 m : Véronique Mang (CA Montreuil 93) en 11"59 200 m : Lénora Guion-Firmin (CA Montreuil 93) en 23"64 400 m : Floria Gueï (ESL Pierre-Bénite) en 51"06 800 m : Lisa Blameble (CA Montreuil 93) en 2'05"00 1500 m : Élodie Normand (SCO Sainte-Marguerite Marseille) en 4'19"23 5000 m : Clémence Calvin (SCO Sainte-Marguerite Marseille) en 16'16"73 Relais 4x100 m : Athlé Sud 77 (Noémie Saint-Aimé, Solène Chavinier, Leisly Régulier, Carole Zahi) en 45"76 100 m haies : Cindy Billaud (US Créteil) en 12"89 400 m haies : Maëva Contion (Entente Oise Athlétisme) en 56"03 3000 m steeple : Ophélie Claude-Boxberger (Montbéliard Belfort Athlétisme) en 9'59"86 10000 marche : Émilie Menuet (AJ Blois-Onzain) en 45'06''18 Hauteur : Sandrine Champion (Amiens Université Club) à 1,85 m Perche : Marion Lotout (Stade Sottevillais 76) à 4,40 m Longueur : Haoua Kessely (CA Balma) à 6,30 m Triple saut : Teresa Nzola Meso Ba (ESL Pierre-Bénite) à 13,69 m Poids : Jessica Cérival (Entente Franconville) à 17,29 m Disque : Mélina Robert-Michon (Lyon Athlétisme) à 62,57 m Marteau : Laëtitia Bambara (Antony Athlétisme 92) à 66,40 m Javelot : Mathilde Andraud (Nice Côte-d'Azur Athlétisme) à 59,05 m Heptathlon : Gaëlle Le Foll (Stade Sottevillais 76) 5848 points

ACTUALITES

Athlétisme

PASSATION DE POUVOIR ENTRE GAYOT ET GUEÏ

Texte et photo : Adeline Bantwell, correspondance à Villeneuve-d'Ascq

ATHLÉTISME. Avant les mondiaux de Pékin (22 au 30 août), les athlètes se sont retrouvées aux championnats de France élite à Villeneuve d'Ascq. Les minimas déjà en poche, Marie Gayot et Floria Gueï étaient très attendues par les spécialistes sur le tour de piste. Le duel a tenu toutes ses promesses. (5613 signes avec la liste des championnes de France 2015)

L'opposition la plus attendue de ces «France» était certainement le 400 m plat, où l'on prévoyait déjà une passation de pouvoir. L'internationale Marie Gayot (Entente Familiale du Stade de Reims), championne de France en titre, avait raison quand elle annonçait que la finale serait plus relevée que la saison dernière. Les minimas pour les mondiaux de Pékin déjà en poche, les deux favorites, Marie Gayot et Floria Gueï (Entente Sud Lyonnais), qui (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter