SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2015-09-01 00:00:00
    • LUCIE DÉCOSSE LA TOMBEUSE QUI EST RESTÉE DEBOUT
    • Judo
    • voir
    • JUDO. Alors que les Mondiaux d'Astana viennent de se terminer et que les regards sont désormais tournés vers Rio c’est d’une info éloignée de la compétition dont nous vous parlons : le 27 août dernier est paru le livre autobiographique de Lucie Décosse. Un ouvrage de 192 pages où pour la 1re fois la Championne olympique 2012 se raconte. Un événement tant « Lulu-e » s’est faite spécialiste de la discrétion. Sportiva a lu le bouquin. Et ça vaut la peine. (2 500 signes) On est d’abord un peu surpris par la préface. Thierry Rey n’y va pas avec le dos de la cuillère, question sentiments. C’est tout un entrelacs de relations et de feelings que l’on découvre dans ces 4 pages initiales que l‘ancien champion du monde et olympique consacre à la surdouée en montrant combien tout le monde a cru en elle mais comment la fragilité et le doute peuvent retarder les plus grandes éclosions. Dans son introduction Lucie Décosse annonce la couleur. Elle dit et revendique son retrait presque systématique par rapport à la vie sociale ; pointe son sentiment de discrétion en général et ce coup de folie qui la propulse de Guyane vers /i> »la vie de club à Orléans, juste parce qu’elle se lâche un jour à la radio, là-bas à Kourou. Malgré les avis : « Ma pauvre Lulue, qu’est-ce que tu racontes ? Tu crois que tu vas être championne, mais ça va être dur pour toi ! » s’écrie la secrétaire du Judo Club Spatial de Kourou, en écoutant la « petite » annoncer, sur les ondes de Radio Toucan, qu’elle veut être championne olympique. Décosse raconte ensuite comment, 14 ans plus tard, le 1er août 2012 à Londres, elle a gagné cette médaille. Elle dit avoir voulu ce livre (écrit en collaboration avec Brice Perrier) pour «(…) lever ce voile que j’ai maintenu bien longtemps, [en finir] avec cette opacité entretenue pour mieux atteindre mon objectif. En livrant ce témoignage j’espère aussi balayer certains préjugés. Des à priori qui peuvent coller à la judokate, à la femme qui pratique un sport de combat, comme si c’était contre nature. J’ai croisé tellement de personnes qui s’étonnaient de me voir habillée en femme. Se maquiller ou porter une paire de bottes à talons hauts serait exceptionnel pour celle qui combat en kimono sur un tatami ? (…) » Elle raconte ce plaisir qu’elle a éprouvé très vite au judo, celui de « faire tomber ». Cette passion, construite sur une facilité naturelle à être la meilleure mais à en douter trop souvent. Il fallait assurément être solide dès lors pour rester debout et concrétiser enfin, si longtemps après, le rêve échappée d’une bouche timide sur des ondes guyanaises… J.C. »Je suis restée debout » De Lucie Décosse (en collaboration avec Brice Perrier) Préface de Thierry Rey 192 pages / Cahier photos inédit de 8 pages / Éditions du moment : Sortie : 27 août 2015 /

ACTUALITES

Judo

LUCIE DÉCOSSE LA TOMBEUSE QUI EST RESTÉE DEBOUT

Texte : Jacques Cortie : Photo: Cédric Poulmaire

JUDO. Alors que les Mondiaux d'Astana viennent de se terminer et que les regards sont désormais tournés vers Rio c’est d’une info éloignée de la compétition dont nous vous parlons : le 27 août dernier est paru le livre autobiographique de Lucie Décosse. Un ouvrage de 192 pages où pour la 1re fois la Championne olympique 2012 se raconte. Un événement tant « Lulu-e » s’est faite spécialiste de la discrétion. Sportiva a lu le bouquin. Et ça vaut la peine. (2 500 signes)

On est d’abord un peu surpris par la préface. Thierry Rey n’y va pas avec le dos de la cuillère, question sentiments. C’est tout un entrelacs de relations et de feelings que l’on découvre dans ces 4 pages initiales que l‘ancien champion du monde et olympique consacre à la surdouée en montrant combien tout le monde a cru en (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter