SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2015-09-17 00:00:00
    • LE DECANATION : LÀ OÙ TOUT (RE)COMMENCE !
    • Athlétisme
    • voir
    • ATHLÉTISME. La saison a certes été longue avec les Mondiaux de Pékin placés au bout du mois d’août, mais dimanche 13 septembre ils et elles étaient encore en piste pour la 10e édition du rendez-vous collectif de l’athlétisme international, le DecaNation. Une compétition où l’on montre le maillot bleu devant les fans de l’athlé qui n’ont pas sinon l’occasion de voir l’équipe de France. Du coup il y a de l’émotion, du symbole patriotique et un supplément d’âme pour s’arracher alors que tout est dit pour 2015. Rencontre avec Maeva Danois et Marie Gayot, qui, pour la première fois, ou en briscarde du circuit, ont honoré leur discipline et le public. (3 560 signes) « C’est ma reprise, en fait », lance tout sourire Maeva Danois, qui n’a pas peur du paradoxe. Arrêtée depuis un mois la jeune spécialiste du 3 000 m steeple profite de la fin de saison pour se rappeler au bon souvenir de tout le monde. En ce 13 septembre, si loin des meetings habituels, elle n’aurait changé pour rien au monde sa présence dans un Stade Charléty qui hésite entre la pluie d’automne et l’éclaircie. Maeva Danois s’est signalée par un bon résultat aux récents championnats d’Europe de Talinn. Un titre de vice-championne, même chez les jeunes, c’est bon à prendre. Surtout que rien n’était fait. « Sûr que je n’étais pas dans les pronostics, puisque j’étais 6e sur la start-list. Mais il faut faire sa course. Toujours ! » Elle rayonne parce qu’elle affiche sa première sélection dans la grande équipe de France. Mais au lieu d’être dans ses petites pointes elle mord dans l’instant et ses promesses. Normal, l’athlétisme, elle est quasiment tombée dedans. « Ma mère enceinte de moi, elle courait ! Alors, vous pensez, l’athlétisme c’était une évidence. Je ne risquais pas de faire autre chose ! » Un échauffement tranquille puis la course. Un train qu’elle ne peut suivre. Un chrono qui s’affiche et lui montre ses limites du jour : « À 300 mètres de la ligne je vois le temps. C’est celui de mon meilleur chrono. C’est sûr que je n’allais pas faire mieux aujourd’hui. Ça m’ennuie parce que je veux toujours montrer plus et mieux, pour mon sport. » Malgré cette (courte) déception, elle fait pourtant le plein de sensations et de confiance. Talonnée puis doublée par l’Italienne Francesca Bertoni, qui lui laissera la dernière place (en 10’48’’62, loin des 9’40’’89 de son record personnel) à l’amorce du dernier tour, Maeva Danois a senti le souffle qui peut tomber d’une tribune quand le public encourage une nouvelle bleue. « C’est la fête de l’athlé, le DecaNation ! De l’équipe de France aussi. J’aurais vraiment aimé montré autre chose. Mais je ne pouvais pas », lâche-t-elle en zone mixte. Après s’être livrée à l’exercice des autographes et avoir convenu que c’était une drôle de fin de saison puisque pour elle c’était le début d’un retour, elle affirme, haut et fort, son ambition olympique. Maeva Danois est à fond dans sa carrière naissante. À Charléty, l’étudiante en podologie a décidément pris un nouveau départ. Pour Marie Gayot, c’et l’étonnement qui prédomine ; celui de boucler son tour de piste, à cette époque de l’année en 51’’56. Elle termine derrière Francena McCorory (Usa), l’une des têtes d’affiche étrangères de la réunion, qui l’emporte en 50’’30. « Je ne m’attendais pas à un si bon temps (son record personnel est de 50’’97, NDLR). Ce qui me plaît ici c’est cette ambiance autour de l’équipe de France. On est bien à courir le DecaNation, même si les objectifs de la saison sont derrière nous. Il y a quelque chose de sympa. C’est le maillot de l’équipe de France et on voit que les gens apprécient ». Pas plus perturbée que ça par les informations qui défraient la chronique des affaires de dopage, l’étudiante ingénieur trace sa route, ne s’occupe que de ses perfs. Elle, comme Danois, signe bien volontiers les bouts de programme qui tombent de la tribune. Elle, comme la jeune fondiste illustre cette réelle notion d’équipe au sein d’un sport individuel. Le DecaNation, sert sans doute aussi à ça : faire mousser une initiative de la fédération mais surtout peut-être, donner un sens à une rencontre entre un maillot bleu, une certaine idée de l’athlé et un public. J.C. -La France a terminé 3e du DecaNation derrière les États-Unis et la Russie -Les résultats des 10 épreuves Longueur : 1.Jany Deloach (Usa) : 6,56m ; (…) ; 6.Haoua Kessely : 6,03m Hauteur : 1.Kristina Korolyova (rus) : 1 ,91m ; (…) ; 4.Sandrine Champion : 1,82m 1 500 m : 1.Katie Mackay (Usa) : 4’17’’72 ; (…) ; 5.Élodie Normand : 4’21’’29 3000m steeple : 1.Natalya Aristarkhova (Rus) : 9’40’’69 ; (…) ; 6.Maeva Danois : 10’48’’62 100 m : 1.Barbara Pierre (usa) : 11’27 ; (…) ; 5.Lenora Guion-Firmin : 11’’84 400m: 1.Francena McCorory (Usa): 50’’30; 2.Marie Gayot: 51’’56 800 m : Natalia Lupu (Ukr) : 2’01’’96 ; (…) ; 5.Camille Laplace : 2’07’’66 Disque : Yelena Panova (rus) : 60,17m ; 2.Mélian Robert-Michon : 58,32m Poids :Michelle carter (Usa) : 18,90 m ; (…) ; 6.Jessica Cerival : 15,51 m 100 m haies : 1.Nelvis Sharika (Ukr) : 12’’94 ; (…) ; 7.Laura Valette : 14’’36

ACTUALITES

Athlétisme

LE DECANATION : LÀ OÙ TOUT (RE)COMMENCE !

Texte: Jacques Cortie / Photos: Sportiva-infos

ATHLÉTISME. La saison a certes été longue avec les Mondiaux de Pékin placés au bout du mois d’août, mais dimanche 13 septembre ils et elles étaient encore en piste pour la 10e édition du rendez-vous collectif de l’athlétisme international, le DecaNation. Une compétition où l’on montre le maillot bleu devant les fans de l’athlé qui n’ont pas sinon l’occasion de voir l’équipe de France. Du coup il y a de l’émotion, du symbole patriotique et un supplément d’âme pour s’arracher alors que tout est dit pour 2015. Rencontre avec Maeva Danois et Marie Gayot, qui, pour la première fois, ou en briscarde du circuit, ont honoré leur discipline et le public. (3 560 signes)

« C’est ma reprise, en fait », lance tout sourire Maeva Danois, qui n’a pas peur du paradoxe. Arrêtée depuis un mois la (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter