SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2016-04-01 00:00:00
    • FRANCE, LE NOUVEL ELDORADO DES TOURNOIS
    • Tennis
    • voir
    • TENNIS. Il y a une (vraie) vie en dehors de Roland-Garros. Des dizaines de tournois, pas si modestes que ça en général, constituent un maillage sportif et événementiel de premier ordre qui fait de la France une terre privilégiée abritant, entre autres, 5 des 10 tournois ITF les mieux dotés du monde. Grâce à un sponsor omniprésent (Engie), et à la volonté de la Fédération, tout va plutôt bien. Grâce aussi à nombre de partenaires locaux et aux municipalités… Tour d’horizon agrémenté des réflexions de deux anciennes joueuses phares : Nathalie Dechy et Sarah Pitkowski. (Article de 8 000 signes) Paris, sinon rien ? Roland Garros une fois l'an, et puis plus rien ? Le tennis féminin n’est pas Porte d’Auteuil dépendant : il a son circuit hexagonal cohérent. « Aujourd'hui, il y a un vrai circuit en France, en partie grâce à Engie et à la FFT », se félicite Nathalie Dechy (11e WTA en 2006), actuelle directrice du tournoi ITF de Biarritz pour qui «les jeunes joueuses ont aujourd’hui de belles opportunités en France pour se lancer.» Engie, l’avantage d’un sponsor engagé L'Hexagone organise 28 des 591 tournois professionnels « ITF » (pour International Federation of tennis). Si la majorité de ces 591 tournois est dotée d’un maximum de 10 000 dollars (15 000 dollars à partir de 2017), dix d'entre eux sont dotés de 100 000 dollars. Et la France héberge cinq de ces dix tournois : Cagnes-sur-Mer, Marseille, Contrexéville, Biarritz (terre battue) et Poitiers (dur). Voilà de quoi faire largement le bonheur du public hexagonal et des jeunes joueuses. Le tout grâce à l’omniprésence d’un partenaire historique du tennis au féminin : Engie , anciennement GDF Suez (dans le tennis depuis la Fed Cup de 1992) et qui affiche clairement sa politique « partenaire de tournois partout en France », comme le prouve son implication dans les deux tournois WTA de Strasbourg (terre battue) et de Limoges (dur), respectivement dotés de 220 000 et 125 000 dollars, et de la moitié (13 sur 28) des tournois ITF se déroulant en France, dont trois des cinq les mieux dotés : Cagnes-sur-Mer, Biarritz et Poitiers. «C’est un dispositif global pour soutenir le tennis féminin en France », confirme à Sportiva la direction de la communication d'Engie « pour permettre aux jeunes talents de s’exprimer en France et non à l’étranger. » Logiquement il vaut donc mieux être dans les cartons d’Engie pour pérenniser son tournoi, voire le faire grandir. Exemple : Limoges. Soutenu quand il était un ITF à 10 000 $ et se tenait à Couzeix (au nord-ouest de la ville) Limoges est aujourd’hui siglé WTA, et voit passer des vedettes comme Caroline Garcia, vainqueure l’an dernier. La belle débrouille des autres tournois Quand un sponsor de haut calibre n’est pas présent, la vie sportive continue cependant. Comme dans le cas du tournoi de Gonesse, à 16 kilomètres de Paris seulement: «Nous avons réussi à maintenir le tournoi, même si financièrement c'est difficile », reconnaît Audrey Hennebelle, directrice de l'ITF de Gonesse : «Leclerc, Novotel, Volvo et surtout la commune sont nos partenaires actuels.» Quant au public des joueuses classées 300 WTA qui viennent à Gonesse, « il est régulier pour les finales et les demies. Et en semaine, nous organisons une nocturne pour les gens qui travaillent. » Bel effort. Mais il est finalement plus facile d'être complètement en province. Mâcon se félicite ainsi d'avoir franchi 200 places au classement grâce à son casting: «Parmi les 18 joueuses admises directement dans le tableau principal, dont la tête de série n°1 la française Chloé Paquet, 17 appartiennent au Top 500 international. La Belge Sofie Oyen, vainqueur de l’épreuve en 2015 alors qu’elle pointait au 619e rang mondial, n’aurait pas pu prétendre à une place dans le grand tableau cette année avec ce même classement dans un montage autre» se réjouit Pierre-Michel Barbier, directeur du tournoi. Même logique, à 50 000 dollars cette fois, pour le tournoi d'Andrézieux-Bouthéon. Situé durant la deuxième semaine de l'Open d'Australie, il a vocation à séduire les éliminées de la première semaine comme la Russe Margarita Gasparyan (58e WTA en 2016), vainqueure de l'édition 2015. Marseille, évidemment, est encore un autre cas, qui se passe d’Engie depuis deux ans : «Le contrat arrivait à échéance », indique sobrement l'Open féminin de la ville, désormais « Trophée les Terrasses du Port », en référence à son partenaire titre, le centre commercial flambant neuf du quartier de la Joliette. La Ville de Marseille est aussi un partenaire primordial de ce Tournoi doté de 100 000 dollars et volontairement situé lors de la seconde semaine de Roland-Garros. «L'an dernier, nous avons ainsi attiré 8 joueuses du Top 50 éliminées à la Porte d’Auteuil. » «L'entrée pour les 2 500 places est gratuite, et nous offrons le verre de rosé ! Roland-Garros, évidemment incontournable Entre Strasbourg (13-21 mai) qui est le tournoi maousse-costaud hors Roland, et les deux tournois ITF de Cagnes-sur-mer (30 avril- 8 mai) et de Marseille (31 mai - 5 juin), le rayonnement de Roland Garros transforme la France en paradis de la terre battue. Pour Marseille, donc. Pour son alter ego de Cagnes-sur-mer aussi qui, lui s’affiche Engie et se présente comme le « 3e grand rendez-vous français du tennis féminin sur terre battue.». La saison hexagonale se poursuit, dans la foulée, à Montpellier et Périgueux, avant de franchir à nouveau la Loire direction Contrexéville, pour le 3e tournoi ITF hexagonal du calendrier sur terre battue doté de 100 000 dollars, puis en septembre, chez Nathalie Dechy à Biarritz. Au sortir de l’été, la terre battue basque, fief d’un ancien mousquetaire - Jean Borotra - mais aussi de Nathalie Tauziat et de Guy Forget, est le théâtre d’un tournoi qui s’installe vraiment dans le paysage hexagonal: «Je suis contente que le tournoi ait lieu en septembre, surtout cette année. Il est juste après l'US Open », confirme Nathalie Dechy, directrice de l'ITF de Biarritz : «Ici, c'est la belle saison. Et les filles n'ont pas forcément envie de repartir en Asie aussi vite après la longue tournée américaine.» Ce tournoi a été créé par Patrice Dominguez, avec son ami le directeur des Internationaux de Strasbourg, Denis Naegelen, directeur de l’agence Quaterback organisatrice de l’événement. «L'objectif est de densifier notre club de partenaires et de faire du tournoi un lieu de rendez-vous économique et social», confirme la directrice du rendez-vous biarrot. Pour le public, là comme presque partout sur ce circuit, l'entrée est gratuite : « L'objectif est d'en faire un événement populaire phare du pays basque», conclut Dechy. Les joueuses viennent, manque encore le public… Ce maillage et le sérieux qui préside à chacun des tournois de cette mosaïque, ont bien sûr rapidement trouvé de l’écho auprès des joueuses qui vivent cette offre avec gourmandise, car pour une fois ce n’était pas mieux avant… Sarah Pitkowski en témoigne : « on allait en Europe de l'est, où c'était moins dur qu'en France, en Italie et en Espagne». Les qualifications s'y jouaient néanmoins à raison de deux matchs par jour et quand on a tout donné lors du premier match, pour gagner le deuxième, il fallait être un monstre», se rappelle l’ex-29e WTA (en 1999) qui avait remporté le Tournoi de Budapest et s'était hissée à quatre reprises au 3e tour de Grands Chelems. « Ensuite, se souvient-elle «c’était direction le Paraguay et l'Argentine… » Une autre époque qu’elle ne souhaite pas aux jeunes pousses tricolores : « Aujourd'hui, les jeunes françaises peuvent débuter à domicile, un luxe ! » Pitkowski pointe deux autres aspects : les sponsors et le public : « les marques ne nous utilisaient pas encore comme vecteur commercial. J’ai quand même eu un contrat de trois ans avec les bijoux Agatha. Quant au public… le tennis féminin en était au début de sa médiatisation et il reste un sport décalé car il se joue en journée, et pour partie en semaine. Si bien que les quatre premiers jours, les tribunes sont souvent vides... » Cela n’a pas encore vraiment changé. Il y a en France aujourd’hui un circuit de tournois de très bons niveaux, des joueuses qui y trouvent leur bonheur. La balle est maintenant dans le camp du public. Un match qui n’est pas gagné d’avance tant la prégnance de Roland-Garros et de la télévision est forte. Mais rien n’est perdu : «Je pense vraiment que le tennis féminin a une marge de progression» confirme Nathalie Dechy. P.M.

ACTUALITES

Tennis

FRANCE, LE NOUVEL ELDORADO DES TOURNOIS

Enquête : Pascale Marcaggi. Photo : Sportiva-infos

TENNIS. Il y a une (vraie) vie en dehors de Roland-Garros. Des dizaines de tournois, pas si modestes que ça en général, constituent un maillage sportif et événementiel de premier ordre qui fait de la France une terre privilégiée abritant, entre autres, 5 des 10 tournois ITF les mieux dotés du monde. Grâce à un sponsor omniprésent (Engie), et à la volonté de la Fédération, tout va plutôt bien. Grâce aussi à nombre de partenaires locaux et aux municipalités… Tour d’horizon agrémenté des réflexions de deux anciennes joueuses phares : Nathalie Dechy et Sarah Pitkowski. (Article de 8 000 signes)

Paris, sinon rien ? Roland Garros une fois l'an, et puis plus rien ? Le tennis féminin n’est pas Porte d’Auteuil dépendant : il a son circuit hexagonal cohérent. « Aujourd'hui, il y a un vrai circuit (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. Monica Niculescu l’emporte à Limoges

  2. À NANTES, KANEPI, EX N° 15 MONDIALE, ENVOIE DU LOURD !

  3. À POITIERS, MIHAELA BUZARNESCU BRULE LA POLITESSE AU TOP 100

  4. OPEN ENGIE DE TOURAINE : TEREZA SMITKOVA PLUS FORTE QUE MYRTILLE GEORGES

  5. MYRTILLE GEORGES, PATRONNE À LA MAISON

  6. VAINQUEURE À CLERMONT, VERA LAPKO C'EST L’AVENIR !

  7. À ST MALO, POLONA HERCOG EST LA PLUS FORTE

  8. BIARRITZ : MIHAELA BUZARNESCU, LE JACKPOT !

  9. LARSSON SOUVERAINE À CONTREXÉVILLE

  10. À DENAIN LES JAPONAISES PERFORMENT ET LINA GJORCHESKA AUSSI

  11. PATTY SCHNYDER, RETOUR GAGNANT SUR LA TERRE PÉRIGOURDINE

  12. MONTPELLIER : LES JAPONAISES SE FONT LE DOUBLE !

  13. JASMINE PAOLINI, ECLOSION D’UN NOUVEAU TALENT ?

  14. CAROLINE GARCIA, LE PLAISIR MALGRÉ LA DÉFAITE

  15. 2E TOUR: QUI DANS LE SILLAGE DE MLADENOVIC ?

  16. BYUYKAKCAY, LA VALEUR MONTANTE DU TENNIS TURC

  17. UN TIRAGE AU SORT CHIC ET CHOC !

  18. RICHEL HOGENKAMP, LAUREATE TRÈS SOLIDE DU TOURNOI DE ST GAUDENS

  19. VICTOIRE BRESILIENNE SUR LA TERRE BATTUE DE CAGNES

  20. ROLAND-GARROS : L'ÉDITION 2017 SUR ORBITE !

  21. Après Amiens, Audrey Albié récidive à Dijon

  22. EKATERINA ALEXANDROVA REMPORTE LE TOURNOI DE CROISSY-BEAUBOURG

  23. MARINE PARTAUD S'IMPOSE AU HAVRE

  24. PRISCILLA HEISE FINALISTE PROMETTEUSE À GONESSE

  25. GRANDE PREMIÈRE POUR MALLAURIE NOËL

  26. KONTAVEIT REMPORTE AVEC LA MANIÈRE LE TOURNOI D’ANDRÉZIEUX-BOUTHÉON

  27. CAROLINE GARCIA NE DOUBLE PAS LA MISE À LIMOGES

  28. À POITIERS, OCÉANE DODIN RÉCIDIVE

  29. RICHEL HOGENKAMP EN PATRONNE À CLERMONT

  30. MARYNA ZANEVSKA RÈGNE À NOUVEAU SUR SAINT-MALO

  31. REBECCA SRAMKOVA, LA GAGNE; MARTINA TREVISAN, LA SURPRISE

  32. PAULINE PARMENTIER DOMINATRICE A CONTREXEVILLE

  33. PODOROSKA REMPORTE LE TOURNOI DE LA PORTE DU HAINAUT

  34. JIL TEICHMANN : ET MAINTENANT PÉRIGUEUX !

  35. TEICHMANN, REINE DE MONTPELLIER

  36. DANKA KOVINIC REMPORTE L’OPEN DE MARSEILLE

  37. OPEN DE ST GAUDENS : IRINA KHROMACHEVA EN PATRONNE

  38. ENGIE OPEN DE CAGNES-SUR-MER: LE TOURNOI QUI MONTE

  39. IVANA JOROVIC CRÉE LA SENSATION À CROISSY-BEAUBOURG

  40. TREMBLEMENT DE TERRE POUR LES FRANÇAISES ?

  41. ALSACE, TERRE FERME

  42. QUI SUR LA TERRE BATTUE STRASBOURGEOISE ?

  43. MONICA PUIG, RETOUR SUR TERRE

  44. MARION BARTOLI : «JE ME SUIS LANCÉE DANS UNE NOUVELLE VIE QUI ME PLAIT»

  45. PARMENTIER : LA COOL ÉLIMINATION

  46. À BIENTÔT, KRISTINA !

  47. PAR ICI LA SORTIE !

  48. STRASBOURG : À L’EST DU RE-NOUVEAU !

  49. L’ALIZÉ VA À NOUVEAU SOUFFLER SUR STRASBOURG

  50. STRASBOURG, AU CARREFOUR DU RENOUVEAU…

  51. LONGINES SOIGNE LES JEUNES POUSSES

  52. STRASBOURG JOUE LA CARTE VERTE

  53. FRANCE-SUISSE: 3-2 MAIS QUEL SUSPENSE !

  54. GDF-SUEZ LAISSE TOMBER LE TENNIS!

  55. DEBOUT LES DAMNÉES DE LA TERRE...

  56. VIRGINIE RAZZANO: «JE SUIS PRÊTE POUR ROLAND GARROS»

  57. ROLAND-GARROS: SÉVERINE BELTRAME, CLAP DE FIN

  58. LA JOUEUSE DE DEMAIN SERA... PASSIONNANTE

  59. SARAH EN SON JARDIN

  60. BARTOLI, L’IMPOSSIBLE DÉCRYPTAGE

  61. RAZZANOTHÉRAPIE

Facebook Twitter