SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2017-01-20 00:00:00
    • SPORT ET CINEMA : LES STARS N'ONT PEUR DE RIEN (2/2)
    • Livre
    • voir
    • LIVRE. Les éditions Michel de Maule viennent de publier un ouvrage de souvenirs du cascadeur et maître d’armes Claude Carliez. Collaborateur des plus grands metteurs en scène, il a conseillé et préparé des acteurs comme Jean Marais, Jean-Claude Drouot ou Jean-Paul Belmondo. Il a également eu sous ses ordres des actrices comme Magali Noël, Brigitte Bardot ou Sophie Marceau. Extraits... (Article de 5105 signes) «Chez les femmes, j’ai toujours été surpris, quand elles se pliaient au jeu d’une scène physique, par leur application et leur détermination. À les faire travailler, j’ai eu le sentiment qu’elles devaient penser qu’elles ne se débrouillaient pas si mal et faisaient mentir ces messieurs qui doutaient de leur aptitude à l’action. Chez toutes ces actrices, j’ai trouvé de la persévérance. Tant que le mouvement n’est pas acquis, elles répètent. J’ai souvent entendu des acteurs me dire : "On tourne quand la séquence ? Dans dix jours, alors j’ai le temps…" Les femmes ne rechignaient pas sur les répétitions et les efforts pour être d’attaque et crédibles. Plus intéressant, même avec des comédiennes qui avaient arrêté le sport, j’ai souvent eu affaire à d’anciennes danseuses qui ont, naturellement, des facultés à se mouvoir et le sens de l’espace. Dans un affrontement, elles comprennent souvent la posture, le juste équilibre. À l’image, elles ne semblent pas alors impressionnées par leurs adversaires. Alors quand une comédienne entre en action, elle n’a pas, comme parfois son homologue masculin, peur de se blesser.» «En 1960, je débarquais avec mon équipe sur le plateau de ‘La Marie des Isles’, un film d’aventures de Georges Combret, qui se passe en 1635 et ménage quelques belles bagarres. Elles m’ont permis d’apprécier la fougue d’une jeune actrice : Magali Noël, révélée dans ‘Du rififi chez les hommes’. Dans une scène de castagne, cette belle brune fut tout à fait convaincante par sa façon de se mesurer à ces adversaires. Magali Noël faisait montre d’un sang-froid qui m’a permis de peaufiner la scène (…)» «En 1964, j’ai initié à l’action une certaine Brigitte Bardot. Elle était déjà une star après le film culte de Roger Vadim, ‘Et Dieu… créa la femme.’ (…) Lors du tournage du film ‘Une ravissante idiote’, BB campe la jolie Pénélope Lightfeather. (…) Dans une des dernières scènes située dans l’appartement de sa grand-mère, Pénélope doit se défaire de la soubrette qui la menace d’un revolver : profitant d’une malaise de son aïeule, elle lui fait un superbe mouvement de hanche et la propulse sur le sol. J’ai donc enseigné pendant une journée à Brigitte Bardot cette prise où je mêlais la lutte et le judo pour obtenir la fluidité de cette attaque, vive et d’autant plus efficace qu’elle est exécutée par surprise. BB a fait le geste facilement, a vite compris comme assurer un déséquilibre idéal. (…)» «Marina Vlady avait aussi du tempérament, j’ai pu le constater dans une scène de plongeon dans ‘Atout cœur à Tokyo’, de Michel Boisrond, en 1966. (…) Pour une scène, Marina Vlady n’a pas hésité à plonger d’une vedette filant à grande vitesse après avoir été poussée à l’eau par OSS 117. Dans pareille séquence, maillot de bain oblige, cascadeurs comme acteurs ne peuvent pas se protéger. Pourtant, j’entends encore Marina me lancer du haut de ses 31 ans : "Mais Claude, tu n’as pas besoin de me doubler, j’ai prévu de faire ce plongeon." (…)» En 1979, «sur le tournage de ’Écoute voir’, de Hugo Santiago, (…) j’ai pu apprécier l’engagement physique de Catherine Deneuve qui, nonobstant son statut important, était d’une grande simplicité. (…) J’ai enseigné à Catherine Deneuve quelques rudiments de karaté et de judo. Au début, je l’ai sentie un peu hésitante, mais très vite, elle y a mis toute son énergie et une belle puissance. Tout cela ne s’apprend pas du jour au lendemain. Il est nettement plus facile de jeter un objet sur la tête d’un assaillant ou de casser une chaise sur le dos d’un cascadeur ! Catherine Deneuve a su assimiler les gestes. Ce fut un plaisir que de l’initier à l’action. (…)» «Avec Sophie Marceau, j’ai eu affaire à une perfectionniste. Je ne disposais que de trois semaines de répétition et elle est venue s’entraîner avec une grande rigueur dans la salle d’armes du Cercle militaire à Paris. Au terme des séances, elle m’interpella : "Claude, je ne me sens pas encore prête, il faut que vous me fassiez travailler encore." Elle est même parvenue à convaincre la productrice de Little Bear, Véronique Bourboulon, pourtant très stricte sur le budget, à consentir un dépassement. C’était d’autant mieux vu que, durant les scènes d’action, les dialogues regorgent de clins d’œil et de bons mots et qu’il fallait être habile pour les dire à bon escient en plein mouvement. (…) À force de travail, Sophie Marceau s’est avérée parfaite dans toutes les scènes d’action : qu’elle manipule un lourd bâton en forme de massue ou une rapière, alternant les prises à une ou deux mains pour rendre le coup encore plus fort.» Rédaction Sportiva NOTE Le livre "Souvenirs en cascades" Éditions Michel de Maule, Paris Préface de Jean-Paul Belmondo Conversations avec François Cardinali

ACTUALITES

Livre

SPORT ET CINEMA : LES STARS N'ONT PEUR DE RIEN (2/2)

Texte : Rédaction Sportiva. Montage : Sportiva-infos

LIVRE. Les éditions Michel de Maule viennent de publier un ouvrage de souvenirs du cascadeur et maître d’armes Claude Carliez. Collaborateur des plus grands metteurs en scène, il a conseillé et préparé des acteurs comme Jean Marais, Jean-Claude Drouot ou Jean-Paul Belmondo. Il a également eu sous ses ordres des actrices comme Magali Noël, Brigitte Bardot ou Sophie Marceau. Extraits... (Article de 5105 signes)

«Chez les femmes, j’ai toujours été surpris, quand elles se pliaient au jeu d’une scène physique, par leur application et leur détermination. À les faire travailler, j’ai eu le sentiment qu’elles devaient penser qu’elles ne se débrouillaient pas si mal et faisaient mentir ces messieurs qui doutaient de leur aptitude à l’action. Chez toutes ces actrices, j’ai trouvé de la persévérance (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter