SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2018-01-29 00:00:00
    • SOUS L'OEIL DE SPORTIVA
    • Médias
    • voir
    • MÉDIA. La médiatisation du sport féminin est un vaste sujet. Nous l’avons pris à bras le corps il y a déjà quelques années. Nous revenons épisodiquement sur nombre des aspects qui la caractérisent : à travers nos enquêtes, nos études, (comme le démontage en règle des 7% de sport féminin à la télévision), voire aussi par nos éditoriaux. Formés, nourris au journalisme de base, nous produisons avant tout des textes sous toutes leurs formes (interviews, portraits, reportages etc.). Pourtant, depuis que nous mettons en avant journalistiquement le sport féminin un élément est très rapidement devenu central dans notre travail : la photographie… Le sport féminin (et mixte) c’est aussi sous l’oeil et dans le viseur de la photo de presse … (Article de 4 700 signes) . Lorsque nous montons (2010 pour la 1re époque avant le hacking dont le premier site a été victime et 2012 pour la version actuelle), nous faisons, pensions-nous, les choses bien. Preuves en étaient les abonnements que nous avons souscrits aux services photographiques de deux agences de presse. D’abord SIPA, puis Presse Sports (du groupe L’Équipe). Quel était le but de souscrire ces services payants ? Tout simplement de disposer des images permettant d’illustrer les contenus que nous produisions. Ces contenus, centrés sur l’actualité nationale et internationale, devaient pouvoir montrer ce dont nous parlions. Et si l’on peut parfois écrire sans être sur place, en téléphonant par exemple, à telle ou telle championne, ou en joignant l’entraîneur, il est, en revanche, difficile d’avoir toujours le visuel qui correspond au sujet. Les agences de presse fournissent ce service.S’agissant d’un besoin qui concernait des événements internationaux (Championnats d’Europe, du monde, grandes rencontres internationales) nous étions à peu près sûr de faire face à ce besoin, tout en gardant aussi les services des agences pour des sujets se déroulant quelques part sur le territoire national et où nous n’étions pas forcément. Le dispositif était en place. Mais il n’a pas duré longtemps. Nous avons très vite compris, et vu, que la production consacrée au sport féminin était réduite, et pour tout dire inexistante. Hormis la photo obligée de Laure Manaudou, vainqueure d’une grande compétition, ou de Marie-Jo Pérec; le succès d’une des soeurs Williams dans un tournoi d’importance (un Grand Chelem, de préférence), ou la photo d’archive de Colette Besson que tout le monde a dans la rétine depuis plusieurs décennies, le panel était trop peu fourni. et surtout trop peu actualisé. À l’exception des grandes têtes d’affiche, le choix était faible. Très faible. Et surtout, il ne répondait pas à notre besoin d’actualité : quand un événement a lieu il faut le traiter quasiment dans l’instant. Mais les plus grandes agences de presse ne traitent pas systématiquement tout ce qui a trait au sport féminin. Si les choses évoluent un peu, elles sont loin d’être satisfaisantes. Sportiva n’a pas attendu cette timide amélioration. Nous avons donc, dès la 1re année de fonctionnement, commencé à produire nos propres images. Chaque reportage était donc aux mains d’un rédacteur et d’un photographe. Nous avons fonctionné ainsi avec un déploiement inédit, pour un média en ligne, sur les deux premières années de publication. Au passage nous avons travaillé avec d’excellents photographes (Cédric Poulmaire, Yvette Gito, Aurélien Meunier, etc.) qui ont trouvé (comme les rédacteurs d’ailleurs) un champ d’expression nouveau et passionnant puisque tout était à faire.Le bilan est, une fois de plus sans égal : nous disposons d’archives de près de 7 000 photos disponibles nulle part ailleurs qui rendent compte de la réalité du sport féminin et mixte, de dizaines de leurs compétitions et événements. Une base dont ne dispose personne et qui repose, là encore, sur une ligne claire : rendre par l’image un événement, présenter par l’image une sportive ou un acteur du sport féminin.Ce point est important. Sportiva est un média et les photos produites sont des photos d’actualité. La photo studio ne rentre pas dans le traitement journalistique que nous appliquons au sport féminin. De la même manière il faut signaler le problème que posent aujourd’hui les Fédérations à produire elles-mêmes des images et à les rendre libres de droit, pour tout un chacun. Il y a d’abord le fait que cela contribue à affaiblir le métier de photographe ainsi que les médias (comme le nôtre) qui produisent des photos. Il y a ensuite le fait que la photo d’une institution est forcément toujours sujette à caution (comme l’est le communiqué et/ou le compte-rendu de ladite institution) : on est là, une fois de plus, dans la com’ et non dans le journalisme et le photo-journalisme. Bien sûr les temps sont devenus difficiles avec, précisément, cette profusion d’images auto-produites et diffusées gratuitement, par les organisateurs et/ou les Fédérations, voire les marques, qui sont derrière les sportives. Sportiva a donc réduit sa production, limité les moyens déployés. Mais le problème de fond reste entier : il vaut mieux que ce soit un média et des professionnels indépendants qui produisent ce matériel… car on n’est jamais mieux servi que par soi-même (choix, critères) et, si l’on veut aller jusque là, on se servira jamais mieux la couverture du sport féminin que par la production indépendante d’images …Sportiva

ACTUALITES

Médias

SOUS L'OEIL DE SPORTIVA

Rédaction Sportiva

MÉDIA. La médiatisation du sport féminin est un vaste sujet. Nous l’avons pris à bras le corps il y a déjà quelques années. Nous revenons épisodiquement sur nombre des aspects qui la caractérisent : à travers nos enquêtes, nos études, (comme le démontage en règle des 7% de sport féminin à la télévision), voire aussi par nos éditoriaux. Formés, nourris au journalisme de base, nous produisons avant tout des textes sous toutes leurs formes (interviews, portraits, reportages etc.). Pourtant, depuis que nous mettons en avant journalistiquement le sport féminin un élément est très rapidement devenu central dans notre travail : la photographie… Le sport féminin (et mixte) c’est aussi sous l’oeil et dans le viseur de la photo de presse … (Article de 4 700 signes) . Lorsque nous montons (2010 pour la 1re époque avant le hacking dont le premier site a été victime et 2012 pour la version actuelle), nous faisons, pensions-nous, les choses bien. Preuves en étaient les abonnements que nous avons souscrits aux services photographiques de deux agences de presse. D’abord SIPA, puis Presse Sports (du groupe L’Équipe). Quel était le but de souscrire ces services payants ? Tout simplement de disposer des images permettant d’illustrer les contenus que nous produisions. Ces contenus, centrés sur l’actualité nationale et internationale, devaient pouvoir montrer ce dont nous parlions. Et si l’on peut parfois écrire sans être sur place, en téléphonant par exemple, à telle ou telle championne, ou en joignant l’entraîneur, il est, en revanche, difficile d’avoir toujours le visuel qui correspond au sujet. Les agences de presse fournissent ce service.S’agissant d’un besoin qui concernait des événements internationaux (Championnats d’Europe, du monde, grandes rencontres internationales) nous étions à peu près sûr de faire face à ce besoin, tout en gardant aussi les services des agences pour des sujets se déroulant quelques part sur le territoire national et où nous n’étions pas forcément. Le dispositif était en place. Mais il n’a pas duré longtemps. Nous avons très vite compris, et vu, que la production consacrée au sport féminin était réduite, et pour tout dire inexistante. Hormis la photo obligée de Laure Manaudou, vainqueure d’une grande compétition, ou de Marie-Jo Pérec; le succès d’une des soeurs Williams dans un tournoi d’importance (un Grand Chelem, de préférence), ou la photo d’archive de Colette Besson que tout le monde a dans la rétine depuis plusieurs décennies, le panel était trop peu fourni. et surtout trop peu actualisé. À l’exception des grandes têtes d’affiche, le choix était faible. Très faible. Et surtout, il ne répondait pas à notre besoin d’actualité : quand un événement a lieu il faut le traiter quasiment dans l’instant. Mais les plus grandes agences de presse ne traitent pas systématiquement tout ce qui a trait au sport féminin. Si les choses évoluent un peu, elles sont loin d’être satisfaisantes. Sportiva n’a pas attendu cette timide amélioration.


Nous avons donc, dès la 1re année de fonctionnement, commencé à produire nos propres images. Chaque reportage était donc aux mains d’un rédacteur et d’un photographe. Nous avons fonctionné ainsi avec un déploiement inédit, pour un média en ligne, sur les deux premières années de publication. Au passage nous avons travaillé avec d’excellents photographes (Cédric Poulmaire, Yvette Gito, Aurélien Meunier, etc.) qui ont trouvé (comme les rédacteurs d’ailleurs) un champ d’expression nouveau et passionnant puisque tout était à faire.Le bilan est, une fois de plus sans égal : nous disposons d’archives de près de 7 000 photos disponibles nulle part ailleurs qui rendent compte de la réalité du sport féminin et mixte, de dizaines de leurs compétitions et événements. Une base dont ne dispose personne et qui repose, là encore, sur une ligne claire : rendre par l’image un événement, présenter par l’image une sportive ou un acteur du sport féminin.Ce point est important. Sportiva est un média et les photos produites sont des photos d’actualité. La photo studio ne rentre pas dans le traitement journalistique que nous appliquons au sport féminin. De la même manière il faut signaler le problème que posent aujourd’hui les Fédérations à produire elles-mêmes des images et à les rendre libres de droit, pour tout un chacun. Il y a d’abord le fait que cela contribue à affaiblir le métier de photographe ainsi que les médias (comme le nôtre) qui produisent des photos. Il y a ensuite le fait que la photo d’une institution est forcément toujours sujette à caution (comme l’est le communiqué et/ou le compte-rendu de ladite institution) : on est là, une fois de plus, dans la com’ et non dans le journalisme et le photo-journalisme. Bien sûr les temps sont devenus difficiles avec, précisément, cette profusion d’images auto-produites et diffusées gratuitement, par les organisateurs et/ou les Fédérations, voire les marques, qui sont derrière les sportives. Sportiva a donc réduit sa production, limité les moyens déployés. Mais le problème de fond reste entier : il vaut mieux que ce soit un média et des professionnels indépendants qui produisent ce matériel… car on n’est jamais mieux servi que par soi-même (choix, critères) et, si l’on veut aller jusque là, on se servira jamais mieux la couverture du sport féminin que par la production indépendante d’images …Sportiva

ACTUS SIMILAIRES

  1. MÉDIA : AGRÉMENT CPPAP RENOUVELÉ POUR SPORTIVA-INFOS

  2. LES PLUS IMPORTANTES ARCHIVES MONDIALES DU SPORT FÉMININ !

  3. AUX ORIGINES DE LA MÉDIATISATION DU RUGBY

  4. LE MENSUEL DU SPORT n°6 : ALLISON PINEAU EN COUV' ET TOUTE L’ACTU SPORTIVE

  5. LE MENSUEL DU SPORT n°6 : ALLISON PINEAU EN COUV'

  6. LE MENSUEL DU SPORT n°6 : DU SPORT EN COUV' ET À L'INTÉRIEUR

  7. DU SPORT EN COUV' ET À L'INTÉRIEUR !

  8. LE MENSUEL DU SPORT: N°6, LE POINT CULMINANT !

  9. LE MENSUEL DU SPORT N°5: AU COEUR DE LA MACHINE A GAGNER DE L'OL...

  10. Le Mensuel du Sport n°5 de mai est paru

  11. LE MENSUEL DU SPORT N°4 : VARIÉTÉ ET DENSITÉ

  12. LE MENSUEL DU SPORT n°2 : ENCORE PLUS BEAU, TOUJOURS PLUS SPORT !

  13. LE MENSUEL DU SPORT EST EN VENTE !

  14. LA UNE DE L’ÉQUIPE DISSÉQUÉE SUR UNE ANNÉE PAR SPORTIVA

  15. CSA ET SPORT FÉMININ (2/2): FAITS ET ANALYSES par SPORTIVA

  16. CSA ET SPORT FEMININ (1/2): ENTRETIEN AVEC NATHALIE SONNAC

  17. SEMAINE SPÉCIALE | AVEC SPORTIVA-INFOS, LES SPORTIVES ONT TOUJOURS LA PAROLE !

  18. SEMAINE SPÉCIALE | FOCUS SUR LES NOUVELLES PRATIQUES ET LES SPORTS CONFIDENTIELS...

  19. SEMAINE SPÉCIALE | FOCUS SUR LES RÉVÉLATIONS ET LES INFOS EXCLUSIVES

  20. SEMAINE SPÉCIALE | FOCUS SUR NOTRE SUIVI DES SPORTS CO

  21. SEMAINE SPÉCIALE | MÉDIAS ET COMMUNICATION SCANNÉS PAR SPORTIVA

  22. LA MÉDIATISATION DU SPORT FÉMININ C’EST ICI !

  23. PLUS DE 19 % DE SPORT FÉMININ À LA TÉLÉ

  24. QUELLES AUDIENCES POUR LE SPORT FÉMININ À LA TÉLÉ ?

  25. SPORT FÉMININ ET TV : LA LISTE QUI N'EST PAS MODIFIÉE

  26. SPORT FÉMININ ET TV : QUI VEUT DU MILLION D'EUROS ?

  27. SPORT FÉMININ ET TV : PETITS ARRANGEMENTS ENTRE AMI-E-S

  28. ENQUÊTE SPORTIVA 2014: 15,5% DE SPORT FÉMININ À LA TÉLÉ

  29. LANCEMENT DE SPORTIVA-LATINA

  30. DOSSIER : EUROPE ET MEDIATISATION DU SPORT FEMININ (3/3)

  31. DOSSIER : ÉCLAIRAGES SUR UN PURE PLAYER DU SPORT FÉMININ (2/3)

  32. DOSSIER: INTERNET A LA POINTE DU SPORT FEMININ (1/3)

  33. DOSSIER TV (3/3) : L'ŒIL EXPERT DE VINCENT ROUSSELET-BLANC

  34. DOSSIER TV (2/3) : LE SPORT FÉMININ, PROGRAMME COURT

  35. DOSSIER TV (1/3) : L'ÉQUIPE 21, LA DIVERSITÉ, QUELLE DIVERSITÉ ?

  36. DESPORTS: TRAITEMENT CHIC DU SPORT

  37. MCS MONTE AU FILET

  38. TV8 MONT-BLANC: LES PARALYMPIQUES EN PLEINE LUMIÈRE

  39. SPORTIVA-INFOS : MÉDIATISATION RÉUSSIE DU SPORT FÉMININ

  40. « TRACE SPORTS » PISTE LES CHAMPIONNES

Facebook Twitter