SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2015-05-21 00:00:00
    • LES BLEUES AUX PORTES DE L'OLYMPE
    • Rugby
    • voir
    • RUGBY A SEPT. Après six mois et cinq premières étapes disséminées sur le globe, l'équipe de France de rugby à 7 va enfin savoir. Vendredi et samedi, les Bleues, entraînées par David Courteix, disputent la 6e et dernière manche des World Series à Amsterdam. Via le classement final, quatre sésames pour les Jeux olympiques de Rio seront distribués. Pour la sélection tricolore, 4e mais à égalité de points avec les États-Unis, le défi est clair : devancer les Américaines, mais aussi les Anglaises (5es), tout en surveillant les Russes (6es). Pour vivre cet événement, Sportiva sera aux Pays-Bas aux côtés des Bleues pour un reportage spécial. En attendant, Pauline Biscarat et David Courteix nous confient leurs impressions avant cet épilogue. (4696 signes) Après Dubaï, Saõ Paulo, Atlanta, Langford, Londres, voici Amsterdam. Être internationale de rugby à sept, c'est aussi être globe-trotteuse. Après l'étape londonienne, les Bleues ont ainsi directement filé aux Pays-Bas dimanche, six jours avant le début des hostilités. Patience et persévérance, tels sont les maîtres-mots des World Series, débutés en décembre 2014 et clôturés ce week-end dans la capitale néerlandaise. «On a hâte de savoir, piaffe Pauline Biscarat, la joueuse de Bobigny. Est-ce qu'on est qualifié ? Est-ce qu'on ne l'est pas ? On veut en découdre.» A plus forte raison parce que la France a son destin en mains à Amsterdam. Depuis la première étape aux Émirats arabes unis, les joueuses de David Courteix occupent en effet la 4e place du classement général. Quatrième à Dubaï, à São Paulo, à Langford, sixième à Atlanta puis à Londres, les Bleues mènent une bataille féroce avec les États-Unis. L'Angleterre, reléguée à seulement 2 points de la France, est tout aussi menaçante. La Russie, à 8 points des Françaises, est décrochée mais pas résignée, puisque 20 points sont attribués au vainqueur d'une étape des World Series. Autant dire que tous les compteurs sont remis à zéro avant ce dernier tournoi. «Il ne faut plus calculer, clame Biscarat. On est au point mort, ça passe ou ça casse ! La vérité, c'est que tu fais une bonne première journée, tu gagnes ton quart et puis voila ! De toute façon, on y va pour faire un gros tournoi et s'il faut aller au bout pour se qualifier, on ira au bout.» La déception de Londres rapidement évacuée A Londres, les Bleues auraient pu s'offrir un léger matelas d'avance mais en perdant en quarts de finale contre les États-Unis, sur un ballon perdu ayant débouché sur un essai américain alors qu'elles avaient le match en mains, les joueuses de David Courteix ont légèrement accusé le coup. «La semaine dernière, on est passé un peu à côté de notre tournoi, c'est une contre-performance, admet l'entraîneur. Je pense que l'enjeu nous a beaucoup crispés. Mais voyons du positif, on n'a aucun calcul à faire à présent. Il y a une finale à trois équipes disons. Il faut finir devant ces deux équipes. L'équation est donc simple.» De Londres, Pauline Biscarat est partie avec «un peu de frustration». «Mais on l'a vite évacuée, assure l'internationale de 26 ans. Cette semaine, à Amsterdam, on est restées ensemble, tranquilles, sereines, à rire beaucoup.» Au programme, aussi, «beaucoup de récup', une séance terrain, deux séances muscu' au milieu d'après-midi off». Histoire de détendre l'atmosphère alors que l'objectif que toutes ont en tête, la qualification olympique, se présente enfin à elles. Qu'importe les blessures de Shannon Izar (double fracture de la main), Élodie Guiglion (fracture du péronné) et Jennifer Troncy (cheville), trois éléments phares du groupe, la France doit partir au combat. «S'il y a de la fatigue, est elle est mentale, estime Courteix. Mais on a de la fraîcheur. Les joueuses sont pleines d'envie. Tout le groupe a travaillé pour cet objectif toute la saison, mais aussi celle d'avant..» Alors, même si les World Series ne constituent que le premier moyen de transports direct pour les JO de Rio (un championnat d'Europe est prévu cet été), les Bleues ne veulent pas rater l'occasion. «On fera tout pour se qualifier maintenant, confie Biscarat. La suite ? On n'y pense même pas.» Ch.L. Programme : Vendredi : phase de poules > France – Pays-Bas à 14h10 ; France – Espagne à 16h54 ; Canada – France à 19h16. Samedi : phase finale de la Bowl, de la Plate et de la Gold. La sélection > Amédée Montserrat (Blagnac Saint-Orens), Audrey Amiel (Montpellier), Pauline Biscarat (Bobigny), Laurelin Fourcade (Stade Bordelais), Camille Grassineau (Stade Bordelais), Fanny Horta (Perpignan), Caroline Ladagnous (Bobigny), Christelle Le Duff (Perpignan), Laurianne Lissar (AS Bayonnaise), Marjorie Mayans (Blagnac Saint-Orens), Rose Thomas (Stade Bordelais), Chloé Pelle (Lille MRCV).

ACTUALITES

Rugby

LES BLEUES AUX PORTES DE L'OLYMPE

Texte : Christophe Lemaire. Photo : Lorne Collicutt.

RUGBY A SEPT. Après six mois et cinq premières étapes disséminées sur le globe, l'équipe de France de rugby à 7 va enfin savoir. Vendredi et samedi, les Bleues, entraînées par David Courteix, disputent la 6e et dernière manche des World Series à Amsterdam. Via le classement final, quatre sésames pour les Jeux olympiques de Rio seront distribués. Pour la sélection tricolore, 4e mais à égalité de points avec les États-Unis, le défi est clair : devancer les Américaines, mais aussi les Anglaises (5es), tout en surveillant les Russes (6es). Pour vivre cet événement, Sportiva sera aux Pays-Bas aux côtés des Bleues pour un reportage spécial. En attendant, Pauline Biscarat et David Courteix nous confient leurs impressions avant cet épilogue. (4696 signes)

Après Dubaï, Saõ Paulo, Atlanta, Langford (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. COUPE DU MONDE: UNE HISTOIRE IRLANDAISE (2/2)

  2. Coupe du Monde: Une histoire Irlandaise (1/2)

  3. RUGBY : FIN DU RÊVE POUR LES BLEUES

  4. RUGBY : ÉTAT DES LIEUX AVANT LA COUPE DU MONDE

  5. LA FRANCE 4e DU CLERMONT SEVENS !

  6. L’HISTOIRE PASSIONNÉE DES BALLES OVALES

  7. CHEROUK ENVOIE DU SON, LES FILLES ENVOIENT DU JEU

  8. RUGBY À XIII : L’ÉQUIPE DE FRANCE PRIVÉE DE COUPE DU MONDE

  9. L’ESPAGNE REJOINT LA FRANCE À RIO…

  10. GRANDE PREMIÈRE POUR L’AUSTRALIE, LA FRANCE NE DÉCOLLE PAS…

  11. LES BLEUES REMPORTENT LE 6 NATIONS, GAËLLE MIGNOT RACONTE

  12. CARLOS ZALDUENDO : « 6 ET PEUT-ÊTRE 8 NATIONS POUR LE PROCHAIN MONDIAL »

  13. L’USAP, FORFAIT GÉNÉRAL

  14. QUAND L’ÉQUIPE DE FRANCE TIENT TÊTE À L’ANGLETERRE…

  15. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 2/2

  16. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 1/2

  17. UNE NOUVELLE ÈRE POUR LE XV DE FRANCE

  18. RENDEZ-VOUS EN 2017... MAIS OÙ ?

  19. « MÉDIATIQUEMENT, IL N'Y AVAIT RIEN »

  20. RDV À JEAN-BOUIN !

  21. RUGBY À XV ET SEVENS : LA COHABITATION, JUSQU’OÙ ?

  22. FRANCE ? NOUVELLE-ZÉLANDE ? ANGLETERRE ?

  23. COUPE DU MONDE : À QUI LA 7e LEVÉE ?

  24. FINALE À XIII: LES PATRONNES C'EST LES FILLES DE FACTURE-BIGANOS !

  25. CLÉMENCE, 16 ANS, ARBITRE

  26. COUPE DU MONDE (4/4) : LES AUSTRALIENNES CHAMPIONNES, LES FRANÇAISES AUSSI !

  27. COUPE DU MONDE (3/4) : LA FRANCE 4e NATION MONDIALE

  28. AVEC L'ÉQUIPE DE FRANCE (2/4) : SCÈNES D’AVANT LE MATCH POUR LA 3e PLACE

  29. AVEC L’ÉQUIPE DE FRANCE (1/4): CONTRE L’ANGLETERRE À BATLEY

  30. LES BLEUES MOTIVÉES POUR "LEUR" COUPE DU MONDE

  31. SOUS LES PALMIERS, LA RAGE

  32. « TRAVAILLER LE PHYSIQUE EN VUE DE LA COUPE DU MONDE »

  33. Comment s'extirper (de justesse) des griffes des Eagles

  34. USA-FRANCE À LOS ANGELES: «UNE FORTE MAIS SAINE RIVALITÉ»

  35. TOP 10: LE LMRCV VEUT BOUSCULER LA TRADITION

  36. SEVENS : LES DÉFIS DES FRANÇAISES

  37. LE TOURNOI DES SIX NATIONS SACRIFIÉ, LE RUGBY À XV MENACÉ

  38. SIX NATIONS : BILAN ET CHAMBOULEMENT

  39. ET LA COUPE DU MONDE AU FAIT ?

  40. STADE DE FRANCE ET COUPE DU MONDE

  41. OÙ VA L’OVALIE ? (2/2) LE 13, UN RUGBY VITAL

  42. OÙ VA L’OVALIE ? (1/2) LES CLIGNOTANTS VERTS DE LA FFR

Facebook Twitter