SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2017-03-22 00:00:00
    • ISABELLE LAMOUR EST EN CAMPAGNE
    • Autour du sport
    • voir
    • INSTITUTION. La présidente de la Fédération Française d’Escrime (FFE), seule femme à la tête d’une fédération olympique, est candidate aux élections pour la présidence du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), qui se tiendront en mai. Mardi 21 mars elle a présenté son projet et son engagement pour une «maison commune du sport français». 1er reportage de la série que Sportiva consacre à chacun des 3 candidats à cette élection. (Article de 4 500 signes). C’est le Racing Club de France qui accueillait la conférence de presse de lancement de la candidature d’Isabelle Lamour. Dans une salle où avaient trouvé place sa garde rapprochée, des journalistes et les présidents des fédérations engagées à ses côtés, Isabelle Lamour a détaillé son parcours puis son projet avant de répondre aux questions. Dans un cadre cosy, mais un peu passé, bien dans le style du Racing et de son histoire, les touches de couleurs venaient d’un kakémono bleu et blanc placé derrière le pupitre depuis lequel la présidente-candidate a égrené son parcours, ses convictions et ses projets pour la période 2017-2021, pour laquelle elle brigue le mandat de patronne du sport national face aux ambitions de David Douillet, député et ancien ministre des sports, et de Denis Masseglia, actuel président de l’institution qui brigue un 3e mandat. Le dialogue avant tout S’appuyant sur son expérience à la fête d’une des grandes fédérations françaises délégataires, Isabelle Lamour a proposé un discours convaincu et assez offensif. Elle entend écouter, partager les responsabilités. Un dialogue et une écoute qu’elle érige en clefs de son projet. «Je crois en l’intelligence collective», insiste-t-elle en déclinant les champs où la culture de l’échange, qu’elle prône, pourra porter ses fruits: les collèges à l’intérieur du CNOSF; les passerelles qu’elle élargira avec l’école; l’élite professionnelle qu’il faut associer; le Haut-Niveau qu’il faut mieux accompagner aussi quand il s’agit d’envisager la reconversion. Ce disant elle fustige la culture du chacun pour soi que porte trop le CNOSF version actuelle. Les idées-force Si le ton et le discours étayent indéniablement la philosophie qu’elle présente, Isabelle Lamour, ne s’embarrasse pas, par ailleurs, de gants pour porter ses attaques: «Je veux un CNOSF, profondément rénové, qui s’adapte à ses membres, qui permettent aux collaborateurs de s’exprimer» Surtout elle n’hésite pas à être très directe: «Il y a trop de temps perdu; l’olympisme ne rayonne pas; les valeurs devraient nous rassembler; il n’y a pas assez d’échanges; pas assez de rayonnement international; je veux l’unité du mouvement sportif; aujourd’hui le sport sans licence et le sport commercial nous concurrencent…» L’offensive dessine les raisons de sa candidature «soutenue par de nombreux présidents de fédérations ». La charge prend aussi des tours plus précis quand le Centre national pour le développement du sport est remis en cause: «J’ai le sentiment que le CNDS a échappé au mouvement sportif», dit-elle, tout en pointant que les attributions de subventions se font dans des conditions qui peuvent différer d’une région à l’autre ou d’un dossier à l’autre. «Il y a des écarts de 1 à 15 dans ce qui est versé à certaines ligues… Cela doit être repris, revu», appuie-t-elle encore. Médiatisation et sport féminin Concernant les médias, la candidate évoque la sous-médiatisation sportive en France et le cas de l’Equipe TV (qu’elle continue à appeler l’Equipe 21…). «On a bénéficié d’une certaine visibilité avec cette chaîne. Il y a eu appel d’offres et l’on verra maintenant les nouvelles conditions d’exposition avec France télévisions», expose-t-elle en reconnaissant que ce dossier «a été bien mené». A propos du sport féminin, elle reconnait qu’il y a un vrai problème de représentativité, notamment dans les instances dirigeantes. Mais elle souligne que personne, les femmes non plus, n’ont la place, chaque jour, «pour 3 vies». Elle énonce donc sa solution, qu’elle s’appliquerait en cas de conquête de la présidence du CNOSF: la professionnalisation des fonctions. Isabelle Lamour évoque aussi concernant le sport féminin les dispositifs pris pour la médiatisation su sport féminin «qui ont fait passer les retransmissions télévisuelles du simple au double en deux ans.» Une analyse erronée, mais, à sa décharge, portée par toute la structure institutionnelle depuis la publication des fameux chiffres non-étayés du CSA (il faut bien s’auto-attribuer des mérites !), comme l’ont démontré les enquêtes de Sportiva. La maison commune Se présentant comme une athlète, une gestionnaire attachée aux valeurs d’universalité du sport, la candidate Lamour a mis en avant «la maison commune» que doit être-devenir-redevenir le sport français. «Je n’ai que 4 ans de gestion d’une fédération derrière moi et donc 4 ans de présence au comité directeur du CNOSF: c’est une force car je suis forte et déterminée et même si cela peut paraître une faiblesse, je connais un peu la maison qui possède quand même des employés et des administratifs sur lesquels on peut s’appuyer…» Le dialogue, quoi ! C’est peut-être le maître-mot de cette candidature qui peut porter à la tête du mouvement sportif national une femme qui a répété à plusieurs reprises sa conviction qu’il faut aussi «un ministère qui soit de plein exercice et pas une variable d’ajustement des équilibres gouvernementaux». @Jacques_Cortie

ACTUALITES

Autour du sport

ISABELLE LAMOUR EST EN CAMPAGNE

Texte: @Jacques_Cortie / Photo : Sportiva

INSTITUTION. La présidente de la Fédération Française d’Escrime (FFE), seule femme à la tête d’une fédération olympique, est candidate aux élections pour la présidence du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), qui se tiendront en mai. Mardi 21 mars elle a présenté son projet et son engagement pour une «maison commune du sport français». 1er reportage de la série que Sportiva consacre à chacun des 3 candidats à cette élection. (Article de 4 500 signes).

C’est le Racing Club de France qui accueillait la conférence de presse de lancement de la candidature d’Isabelle Lamour. Dans une salle où avaient trouvé place sa garde rapprochée, des journalistes et les présidents des fédérations engagées à ses côtés, Isabelle Lamour a détaillé son parcours puis son projet avant de (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. L’ACADÉMIE DES SPORTS DISTINGUE PICON, KEITA, CLOUVEL, MAURESMO, WERTH ET OURAHMOUNE

  2. C’EST PARTI POUR LE GLOBAL SPORT MENTORING PROGRAMME

  3. FLESSEL, MINISTRE EN PASSANT PAR BRATISLAVA ET LA MAIRIE DU 18E…

  4. DENIS MASSEGLIA VISE UN 3E MANDAT

  5. SPORTIVA-INFOS : TOUTE UNE ANNÉE DE SPORT FÉMININ ET MIXTE

  6. LE DOUBLE ÉVÈNEMENT DE DÉCEMBRE

  7. MMA : UNE ÉVOLUTION QUESTIONNÉE

  8. LE SPORT, LES MÉDAILLES, ET APRÈS

  9. SPORTIVA DANS LA MÊLÉE DU DÉBAT

  10. SPORTIVA-INFOS AU COLLOQUE « SPORT, HISTOIRE ET DIVERSITÉS »

  11. FOSBURIT, LE SPONSORING 2.0 POUR LES SPORTIVES

  12. QUAND FRANCE TÉLÉVISIONS DONNE LE (TRÈS) MAUVAIS EXEMPLE

  13. AUDREY PRIETO : « LES CHAMPIONNES SONT SOUS-UTILISÉES ! »

  14. AURORE ASSO : PLONGER POUR SENSIBILISER AU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

  15. BAKOU : ENTRE OBJECTIFS OLYMPIQUES ET PRESSION FÉDÉRALE

  16. DES FEMMES RÉCOMPENSÉES À JEAN-BOUIN

  17. LE BON PLAN (DE FÉMINISATION)

  18. ACADÉMIE DES SPORTS : IL N'Y A PAS QUE TONY PARKER DANS LA VIE...

  19. MUSÉE DU SPORT : NOUVELLE ÉPOQUE

  20. VERTIGO LA SOLIDARITÉ AU SOMMET

  21. QUE DEVIENNENT-ELLES (3/3) ? SONIA BOMPASTOR

  22. QUE DEVIENNENT-ELLES (2/3) ? ANNETTE SERGENT

  23. QUE DEVIENNENT-ELLES (1/3) ? LUCIE DÉCOSSE

  24. ENVOL ATTENDU POUR "LE SPORT DONNE DES ELLES"

  25. LANCEMENT D’UNE ASSOCIATION EUROPEENNE DES MEDIAS ET DU SPORT FEMININ

  26. L’AFFAIRE DES DEUX PHOTOS

  27. BONNE ANNÉE SPORTIVE 2014!

  28. VALÉRIE FOURNEYRON : PRIORITÉ AU SPORT FÉMININ PAR L'ÉDUCATION

  29. QUAND VALÉRIE FOURNEYRON MÈNE L’ENQUÊTE (1/2)

  30. CALI, CAPITALE SPORTIVE D’AMÉRIQUE GRÂCE À UNE FEMME

  31. STATU QUO DANS LES FÉDÉRATIONS

  32. LA 1RE EXPERTISE DU SPORT FÉMININ

  33. VALERIE FOURNEYRON ANNONCE SES PRIORITÉS POUR 2013

  34. LA PARITÉ AU SOMMET DES FÉDÉRATIONS, C'EST MAINTENANT ?

  35. TEMPÊTE DANS LES VOILES

  36. LA DIRIGEANTE, L'AVENIR DU SPORT ?

  37. L’HALTÉROPHILIE DISSÉQUÉE PAR LA CIE MABEL OCTOBRE

  38. SPORTIVES EN PALESTINE

  39. LILIAN THURAM : "IL FAUT AVANCER LES YEUX OUVERTS"

  40. DOSSIER SPORTIVA (4/4) : CE QUE DISENT LES SPORTIVES

  41. DOSSIER SPORTIVA (3/4) : « LE VÊTEMENT FÉMININ A TOUJOURS FAIT L’OBJET DE VIVES DISCUSSIONS »

  42. DOSSIER SPORTIVA (2/4) : LES TENUES À L’ÉPREUVE DES RÈGLEMENTS

  43. DOSSIER SPORTIVA (1/4) : LES HABITS FONT L’ÉMOI

Facebook Twitter