SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2017-11-12 00:00:00
    • MÉDIA : AGRÉMENT CPPAP RENOUVELÉ POUR SPORTIVA-INFOS
    • Médias
    • voir
    • PRESSE. La Commission paritaire de la presse et des agences de presse (CPPAP) a renouvelé, jusqu’en 2022, son agrément à Sportiva-infos. C’est le 2e renouvellement après celui de 2013 qui intervenait après l’année probatoire de 2012. Cette officialisation du travail journalistique et structurel de notre média est une information banale dans le monde de la presse. Elle porte cependant un éclairage particulier dans le no mans land et les approximations qui président à la médiatisation du sport féminin. Explications. (Article de 4 600 signes en accès libre). Lors de sa mise en ligne (en mars 2012) Sportiva-infos a immédiatement demandé l’agrément de la Commission chargé de définir officiellement si un support présente les caractéristiques d’un média et d’un fonctionnement professionnels. Un agrément d’une durée d’une année a été alors accordé au vu des pièces fournies. Le dossier est assez simple à constituer dans le fond : il faut justifier de produire des informations régulières et originales, de faire état de journalistes disposant d’une carte de presse et, bien sûr, d’être appuyé sur une entreprise qui répond à toutes les obligations de la loi. Dès 2013 le dossier de renouvellement pouvait être constitué et épluché avec une surface d’analyse ample : 1 an de fonctionnement. L’on donne alors aux administratifs chargés de juger du dossier, les clefs d’accès à tout le contenu. Sur une année cela fait déjà près de 130 à 140 articles produits sans parler des brèves. De quoi jauger le support qui sollicite d’être reconnu comme un média total et complet. La réponse était tombée assez rapidement et c’était, comme il est d’usage, un agrément de 4 années qui nous était donné. Il arrivait à échéance en ce mois de novembre 2017. La Commission, qui ne sollicite pas les médias pour leur rappeler de songer à un nouveau et obligatoire renouvellement, a reçu notre dossier dans le courant de l’été. Il appartient en effet à chaque média de se bouger pour maintenir son statut. Ce nouveau dossier, le 3e donc après 2012 et 2013, a à nouveau été jugé valide et complet. L’agrément octroyé court encore sur 4 ans. Date d’échéance : novembre 2022. Il sera temps alors, durant l’été de ladite année, de reconstituer un ensemble de preuves et d’éléments pour poursuivre l’aventure. Nous n’en sommes pas là. Loin s’en faut… Ce préambule nous amène à souligner deux faits importants : 1.Un média n’est pas une tocade, ni un bricolage à base de wordpress ou autre facilités techniques proposées par les entreprises qui font négoce d’offrir au quidam qui se pique de communication un support. 2.Un média doit rendre des comptes et c’est toute l’importance d’un agrément (comme de la carte de presse pour un journaliste) car, en répondant à des obligations, les devoirs, l’on s’inscrit aussi dans une logique de droits qui touche tout à la fois à l’honnêteté intellectuelle autant qu’à la cohérence entrepreunariale. L’agrément CPPAP est donc un balisage, mais c’est aussi une assurance pour le lecteur, l'étudiant, le chercheur, etc. Ce rappel général resterait cependant éloigné des problématiques du sport féminin pour ne concerner que la vie d’une entreprise de presse. Il se trouve cependant que Sportiva-infos, dans le champ qui l’occupe, a fait de nombreux constats qui obligent à ce rappel. Sous prétexte de médiatisation du sport féminin des supports qui n’ont aucune réalité officielle ont droit de citer. L’on a ainsi constaté que des entités officielles, et même très officielles, englobent dans la notion de média des initiatives qui ne reposent sur rien. Sportiva-infos se trouve ainsi, depuis plusieurs années, à côtoyer des supports qui ne répondent à aucun des droits et devoirs évoqués plus avant dans ce texte. Cela revient à installer sur un piédestal des supports qui n’ont rien à faire dans le jeu de la presse. Sportiva-infos a ainsi vu systématiquement des non-journalistes représentant des non-médias avoir accès à des tribunes de presse, obtenir des accréditions qui sont, dans l‘organisation de la presse, réservés aux seuls professionnels. Ce faisant, les Fédérations qui tolèrent, voire favorisent, ce genre de faits, les organismes, comme les Ministères (eh oui !) ou le rassemblement de journalistes sportifs qui prétend défendre une profession ((l’UJSF) qui ferment les yeux sur cette négation d’un ensemble de règles officielles jouent, dans l’histoire récente de la médiatisation du sport féminin, un rôle ambigu et pour tout dire déloyal : on ne peut être une émanation des structures et des règles administratives nationales et fouler au pied les-dites règles. Mais, direz-vous, pourquoi cela est-il possible ? Simplement par un choix, là aussi fallacieux, de faire croire que le sport féminin est objet d’un intérêt grandissant. Car depuis 2012 si, chaque fois que Sportiva-infos est allé couvrir un événement, seuls des titulaires de carte de presse et seuls des support approuvés administrativement, avaient été présents, nous aurions été bien souvent sans personne à nos côtés. Il en aurait découlé un argument imparable pour notre positionnement. Au lieu de cela Ministères, UJSF et Fédérations ont permis, et permettent, à quiconque d’avoir accès à des espaces professionnels, histoire de bien montrer que le sport féminin est suivi. Le fait qu’un agrément officiel porte aussi en lui que celui qui l’a obtenu est dans les clous légaux et administratifs, qu’il paye l’URSSAF, par exemple, ou les cotisations à la caisse de retraite des journalistes, leur importe peu. Il y a là, de la part d’entités officielles, la négation de ce qui constitue une légitimité. Un comble ! À Sportiva-infos nous avons très vite appelé cela une concurrence déloyale aggravée d’un appui des structures officielles. Comme si le Minsitère des transports favorisaient Uber, pour prendre un exemple récent, parlant et d’ampleur. Mais dans le petit monde qui s’agite depuis quelques années dans et autour du sport féminin, la négation de ce qui fait la loi et de ce qui construit une profession est une pratique courante. Du moment qu’on parle de sport féminin… Ce faisant tout un pan de la société reçoit les messages officiels et une communication (pour ne pas dire une propagande) où le journalisme et l’éthique professionnelle n’ont pas leur place. Est-ce rendre service au sport féminin et à ses problématqieus ? Comme quoi derrière un numéro d’agrément (quelques chiffres séparés d’une lettre), il peut y avoir toute une histoire. Peu reluisante pour ceux qui parlent et parlent et parlent de sport féminin et de sa médiatisation… Sportiva

ACTUALITES

Médias

MÉDIA : AGRÉMENT CPPAP RENOUVELÉ POUR SPORTIVA-INFOS

Texte et visuel : Sportiva-infos

PRESSE. La Commission paritaire de la presse et des agences de presse (CPPAP) a renouvelé, jusqu’en 2022, son agrément à Sportiva-infos. C’est le 2e renouvellement après celui de 2013 qui intervenait après l’année probatoire de 2012. Cette officialisation du travail journalistique et structurel de notre média est une information banale dans le monde de la presse. Elle porte cependant un éclairage particulier dans le no mans land et les approximations qui président à la médiatisation du sport féminin. Explications. (Article de 4 600 signes en accès libre).

Lors de sa mise en ligne (en mars 2012) Sportiva-infos a immédiatement demandé l’agrément de la Commission chargé de définir officiellement si un support présente les caractéristiques d’un média et d’un fonctionnement (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. LES PLUS IMPORTANTES ARCHIVES MONDIALES DU SPORT FÉMININ !

  2. AUX ORIGINES DE LA MÉDIATISATION DU RUGBY

  3. LE MENSUEL DU SPORT n°6 : ALLISON PINEAU EN COUV' ET TOUTE L’ACTU SPORTIVE

  4. LE MENSUEL DU SPORT n°6 : ALLISON PINEAU EN COUV'

  5. LE MENSUEL DU SPORT n°6 : DU SPORT EN COUV' ET À L'INTÉRIEUR

  6. DU SPORT EN COUV' ET À L'INTÉRIEUR !

  7. LE MENSUEL DU SPORT: N°6, LE POINT CULMINANT !

  8. LE MENSUEL DU SPORT N°5: AU COEUR DE LA MACHINE A GAGNER DE L'OL...

  9. Le Mensuel du Sport n°5 de mai est paru

  10. LE MENSUEL DU SPORT N°4 : VARIÉTÉ ET DENSITÉ

  11. LE MENSUEL DU SPORT n°2 : ENCORE PLUS BEAU, TOUJOURS PLUS SPORT !

  12. LE MENSUEL DU SPORT EST EN VENTE !

  13. LA UNE DE L’ÉQUIPE DISSÉQUÉE SUR UNE ANNÉE PAR SPORTIVA

  14. CSA ET SPORT FÉMININ (2/2): FAITS ET ANALYSES par SPORTIVA

  15. CSA ET SPORT FEMININ (1/2): ENTRETIEN AVEC NATHALIE SONNAC

  16. SEMAINE SPÉCIALE | AVEC SPORTIVA-INFOS, LES SPORTIVES ONT TOUJOURS LA PAROLE !

  17. SEMAINE SPÉCIALE | FOCUS SUR LES NOUVELLES PRATIQUES ET LES SPORTS CONFIDENTIELS...

  18. SEMAINE SPÉCIALE | FOCUS SUR LES RÉVÉLATIONS ET LES INFOS EXCLUSIVES

  19. SEMAINE SPÉCIALE | FOCUS SUR NOTRE SUIVI DES SPORTS CO

  20. SEMAINE SPÉCIALE | MÉDIAS ET COMMUNICATION SCANNÉS PAR SPORTIVA

  21. LA MÉDIATISATION DU SPORT FÉMININ C’EST ICI !

  22. PLUS DE 19 % DE SPORT FÉMININ À LA TÉLÉ

  23. QUELLES AUDIENCES POUR LE SPORT FÉMININ À LA TÉLÉ ?

  24. SPORT FÉMININ ET TV : LA LISTE QUI N'EST PAS MODIFIÉE

  25. SPORT FÉMININ ET TV : QUI VEUT DU MILLION D'EUROS ?

  26. SPORT FÉMININ ET TV : PETITS ARRANGEMENTS ENTRE AMI-E-S

  27. ENQUÊTE SPORTIVA 2014: 15,5% DE SPORT FÉMININ À LA TÉLÉ

  28. LANCEMENT DE SPORTIVA-LATINA

  29. DOSSIER : EUROPE ET MEDIATISATION DU SPORT FEMININ (3/3)

  30. DOSSIER : ÉCLAIRAGES SUR UN PURE PLAYER DU SPORT FÉMININ (2/3)

  31. DOSSIER: INTERNET A LA POINTE DU SPORT FEMININ (1/3)

  32. DOSSIER TV (3/3) : L'ŒIL EXPERT DE VINCENT ROUSSELET-BLANC

  33. DOSSIER TV (2/3) : LE SPORT FÉMININ, PROGRAMME COURT

  34. DOSSIER TV (1/3) : L'ÉQUIPE 21, LA DIVERSITÉ, QUELLE DIVERSITÉ ?

  35. DESPORTS: TRAITEMENT CHIC DU SPORT

  36. MCS MONTE AU FILET

  37. TV8 MONT-BLANC: LES PARALYMPIQUES EN PLEINE LUMIÈRE

  38. SPORTIVA-INFOS : MÉDIATISATION RÉUSSIE DU SPORT FÉMININ

  39. « TRACE SPORTS » PISTE LES CHAMPIONNES

Facebook Twitter