SPORTIVA

Le sport au féminin

ÉDITO | Journalisme indépendant

Jeudi 30 avril. Le mois de mars est toujours un moment particulier pour Sportiva-infos.com. C’est celui de la date anniversaire du lancement de notre média en ligne. 5 ans déjà. C’était en 2012 et l’on disait alors « pure-player» pour désigner un média exclusivement édité en ligne. On dit depuis « tout en ligne», selon les préconisations des garants de la langue française. Si ce point a son importance ce n’est pas le principal à mettre en avant quand on souffle sa cinquième bougie. Sportiva-infos est apparu en mars 2012. Un quinquennat de presse et de publications. Un quinquennat à l'issue duquel les analyses et les positions sont, malgré la confusion assez générale de notre société, de plus en plus claires. Il apparaît en effet, que le journalisme indépendant que nous portons est de plus en plus une exception. Et cela vaut-il sans doute encore plus dans le milieu du sport : la prégnance des marques, la montée en puissance des outils de communications des fédérations, les positions très fermées souvent des mêmes fédérations, la confusion entretenue par tous les acteurs (ministères, fédérations associations, clubs etc…) entre communication-marketing et information, voire droit à l’information, sont inquiétantes. Il est aujourd’hui parfois difficile de savoir ce qu’est un vrai média de par les actions et positions des institutions qui ont à voir avec le sport. Si chacun voit midi à sa porte il est évident que ces acteurs, pointés ici du doigt, ont le droit de viser ce qui convient le mieux à leurs intérêts...

Il reste cependant à rappeler que la France est un pays de droit, et que cela inclu la presse. Et à ce niveau le panorama est curieux : l’on assise à une dilution du sens assez étonnante avec une redéfinition de ce qu’est un média. Ce ne serait plus un support (papier, internet, télévisuel) qui répondait à des obligations administratives fortes, claires, même si contraignantes et chères (Ursaff, taxe professionnelle, caisse de retraite des journalistes etc…) mais un support qui ne vaudrait que par sa seule existence et surtout par son fonctionnement «suiviste»... Pour les institutions sportives (ministère, fédérations, clubs, marques…) l’on met maintenant sur le même pied un vrai média, et le blog et l’amateur éclairé (qui est d'abord un fan). Bien sûr, cette dernière catégorie a une tendance évidente (une fonction ?) à communiquer l’actualité officielle : ce type de publications constituent finalement un relais institutionnel privilégié, dont la réalité se construit dans la consanguinité avec les institutions psortives. Il est d’autant plus un relais privilégié qu’il est gratuit. Eh oui ! quand on n’a pas d’obligations administratives (voir avant) il est plus facile d’être gratuit. Il est en revanche beaucoup plus dur d’être indépendant. Carrément impossible même.

Cette problématique de l’indépendance continue, sans faiblesse, d’animer et d’inspirer Sportiva-infos. Si l’on peut faire un bilan de ces 5 années à traiter du sport féminin l’on peut, comme nous le faisons souvent, mettre en avant les 700 articles déjà publiés (708 exactement), les plus de 70 sports différent traités (74 exactement), pour justifier d’un fonctionnement journalistique de haut niveau sans équivalent dans la problématique du sport féminin en France. L’on peut aussi mettre en avant, et c’est au fond le point clé, que Sportiva-infos ne dépend de personne, ne touche aucune subvention, n’a aucun partenariat avec une institution sportive (ministère, marques, fédération, clubs…). Nous sommes, en fait, une exception. Pour nous, nous au bout de 5 ans d’existence, c’est une réussite d’avoir maintenu ce cap exigeant. Que nous soyons seuls est cependant révélateur des travers de la société sportive actuelle et de ses rapports ambigus avec la presse…Sportiva.